Publié

RugbyTop 14 - Stade Français: Parisse entendu mercredi pour son carton rouge

Le 3e ligne italien du Stade Français Sergio Parisse, sous la menace d'une suspension qui pourrait le priver du match du Tournoi des six nations Italie-Galles, sera entendu par une Commission de discipline de la Ligue (LNR) mercredi midi, a annoncé la LNR à l'AFP.

Parisse a reçu un carton rouge à la 36e minute du match de championnat opposant le Stade Français à Bordeaux-Bègles, samedi soir à Charléty. L'arbitre de la rencontre, Laurent Cardona, lui reproche de l'avoir insulté, ce que le joueur nie fermement. Ces faits pourraient lui valoir selon la LNR entre "40 et 80 jours de suspension" qui, selon le principe de non-dissociation des sanctions, serait également appliquée en équipe nationale. Le joueur sera entendu à partir de midi avec l'arbitre ou son représentant et la décision sera rendue dans la soirée, a précisé la Ligue. L'enjeu immédiat est de savoir si Parisse, capitaine de l'Italie, pourra participer à la rencontre face au pays de Galles, samedi à Rome pour la 3e journée du Tournoi des six nations. "Sergio a envoyé une lettre aujourd'hui (lundi) pour porter réclamation", a de son côté déclaré à l'AFP une source proche du Stade Français, précisant que le joueur avait reçu l'entier soutien de son président Thomas Savare. "Je suis convaincu que cette incompréhension serais clarifié sans conséquences!" , avait écrit dimanche sur son compte Twitter le joueur, qui avait soutenu plus tôt par le même biais n'avoir "jamais insulté M. Cardona". Selon le règlement de la Ligue nationale de rugby, le joueur doit lui-même saisir la Commission de discipline dans un délai de 48 heures après la rencontre, sous forme de lettre recommandée, pour demander à être entendu. En attendant, le joueur est sous le coup de la suspension automatique de 10 jours accompagnant un carton rouge. La Commission de discipline avait dans un premier temps convoqué Parisse pour le 7 mars, mais a accepté d'avancer l'audience à titre exceptionnel, comme le permet son règlement "en cas d'extrême urgence tenant au bon déroulement des compétitions". jmt/pid

(AFP)

Ton opinion