Actualisé

Mer du NordTotal se mobilise sur deux fronts pour stopper la fuite

Deux opérations sont menées de front par Total pour arrêter la fuite de gaz sur sa plateforme. Il y a toujours des risques d'explosion.

Total met en oeuvre deux interventions «en parallèle» pour stopper la fuite de gaz sur sa plateforme du champ d'Elgin en mer du Nord. La compagnie s'exprimait pour la première fois vendredi dans le cadre d'une conférence de presse à Aberdeen, en Ecosse, cinq jours après l'incident.

«La première intervention vise à étouffer le puits à partir d'une base flottante, la seconde consiste à forer deux puits de dérivation», selon Philippe Guys, directeur de la branche exploration au Royaume-Uni. Dans les deux cas, il s'agit d'arrêter la fuite.

Dans le premier cas directement, en injectant des boues à haute densité, si les conditions de sécurité permettent d'approcher la plate-forme. A défaut, deux puits de dérivation seront forés pour soulager la pression du gaz et permettre l'injection des boues pour sceller le puits.

Total espère que la torchère s'éteindra

«Pour cela, nous avons suspendu les opérations de deux de nos appareils de forage pour les rendre disponibles, pour travailler sur les puits de dérivation», a précisé Philippe Guys.

La fuite prend son origine environ 1500 mètres au-dessus du réservoir principal en activité, à 5500 mètres en dessous du niveau de la mer, soit à 4000 m de profondeur, a-t-il précisé. Le gaz à haute pression s'échappe à hauteur de la plate-forme.

Le danger serait que ce gaz, qui se répand en mer sous forme de condensat ou de nuage volatil, entre en contact avec la torchère qui brûle le gaz résiduel resté dans la plate-forme après son arrêt et son évacuation par Total dimanche. Le groupe pétrolier espère que la torchère s'éteindra spontanément.

Les vols de surveillance effectués jeudi ont montré un affaiblissement de la flamme, a estimé la compagnie.

(ats)

Votre opinion