Test: Touchez ma bosse, Monseigneur

Actualisé

TestTouchez ma bosse, Monseigneur

On a marié un iPhone Xs Max à une «Smart Battery Case» d'Apple. Une autonomie largement doublée vaut-elle le sacrifice du design? On vous dit tout.

par
Jean-Charles Canet
La «Smart Battery Case» pour iPhone XS Max sous toutes ses coutures.

La «Smart Battery Case» pour iPhone XS Max sous toutes ses coutures.

DR

Le problème avec les téléphones haut de gamme conçus avec des matériaux nobles (verre et métal, généralement) c'est qu'à peine déballé il faut songer à cacher ses lignes harmonieuses derrière une protection qui donne souvent à l'objet une allure, disons, ordinaire. Il faut certes avoir vu son précieux glisser et embrasser vigoureusement le carrelage de la cuisine (ou tout autre terrain inhospitalier) pour s'y résoudre vraiment, mais une fois suffit.

Imaginez donc la tête de l'esthète qui sommeille en nous à l'idée de tester la «Smart Battery Case» qu'Apple à conçu pour augmenter l'autonomie de ses navires amiraux iPhone Xs et Xs Max. Déjà parce que c'est une fourre en silicone proposée en noir ou blanc, pas moche, pas laide, commune plutôt. Mais aussi parce s'y ajoute une bosse sous laquelle la batterie se laisse deviner. De cygne gracieux, notre smartphone de test s'était déjà transformé en canard, pas vilain mais banal, avec sa précédente fourre bleue. Avec la «Battery Case» voilà notre palmipède fiché d'un drôle d'embonpoint.

Prix d'ami?

Autant dire que l'accessoire vendu 149 francs sur l'Apple Store (prix d'ami? Pas vraiment. C'est le contraire qui aurait été étonnant) a intérêt à être d'une redoutable efficacité pour faire oublier l'inévitable injure aux dess(e)ins de Sir Johnathan Paul Ive, Senior Vice President et gardien de la ligne graphique des produits Apple.

Une fois inséré la protection est du style «plug and play» total. Deux jauges de batterie s'affichent très brièvement en grand sur le haut de l'écran (celle de la fourre, et celle de l'iPhone) avant de disparaître. Pour vérifier l'état des jauges, il faut passer ensuite par un widget (en faisant glisser un volet de gauche à droite de l'écran).

La batterie principale de l'iPhone reste à 100% tant que la batterie d'appoint conserve de l'énergie. Ce n'est qu'une fois la réserve «fille» épuisée que la réserve «mère» commence à être entamée.

Avec et sans la protection

Sans la «Battery Case», notre exemplaire de test finit généralement une journée de 16-17 heures avec une jauge entre 15 et 30%. Cela traduit un usage sans excès du smartphone. Mais même dans ces conditions, il serait imprudent d'envisager une deuxième journée sans recharge nocturne.

Avec la «Battery Case», on double la mise. Selon les jours, il restait dans la batterie d'appoint 6% d'énergie au pire et au mieux 30%. La batterie principale quant-à elle affichait toujours un splendide 100%. Autrement dit, dans tous les cas, une seconde journée d'usage sans recharge est largement envisageable. Le projet de se risquer sur une troisième journée sans filet n'en a pas moins été rapidement abandonné.

Recharge par induction

On relève avec satisfaction que la protection ne bloque aucune fonctionnalité du smartphone que ce soit l'accès à la prise lightning de l'appareil, aux objectifs photographiques ou encore à la recharge par induction. La batterie d'appoint peut également être rechargée en solo, un diode lumineux habilement dissimulé à l'intérieur de la fourre passe alors au vert quand la batterie est pleine. Seule petite contrariété avec le système de recharge par induction, il nous a fallut tâtonner en déposant l'ensemble sur la surface de charge avant de voir les voyants signaler que la recharge fonctionnait correctement. De plus, les modèles de recharge par induction disponible sur le marché ne sont pas tous compatibles.

Intégration à iOS

Cela dit et une fois l'affront esthétique oublié (assez rapidement doit-on en convenir), ce pourquoi a été conçu la «Smart Battery Case» n'a été source que de satisfactions. Selon nos tests l'autonomie est largement doublée et ne requiert aucune gestion supplémentaire. Le fait qu'il s'agisse d'un produit maison lui donne l'avantage d'être parfaitement intégré à iOS, le système d'exploitation des smartphones à la pomme. Ce qui ne sera pas forcément le cas des protections concurrentes.

C'est néanmoins la différence de prix entre les protections concurrentes et les fourres maison qui risque de faire réfléchir à deux fois le citoyen consommateur. Surtout quand des modèles sur le papier comparables sont dénichables en ligne à moins de 40 francs.

Ton opinion