30.11.2012 à 17:15

alpinismeToujours aucune trace des Italiens bloqués dans les Alpes françaises

Les secouristes n'ont décelé vendredi aucune trace des trois alpinistes italiens disparus dans le massif des Ecrins, dans les Alpes françaises, après cinq jours de recherches, a indiqué la gendarmerie, qui s'oriente désormais vers "une recherche de corps".

"On n'a aucune trace des trois alpinistes", a déclaré à l'AFP le capitaine Nicolas Colombani du peloton de gendarmerie de haute montagne de Briançon (Hautes-Alpes). "Aujourd'hui, on avait encore l'espoir (de les retrouver vivants, ndlr). Mais là, malheureusement, toutes les zones ont été couvertes" par les recherches, a-t-il indiqué. "L'espoir diminue considérablement. Désormais, on est davantage dans une optique de recherche de corps", a ajouté le capitaine. "Nous n'avons trouvé aucun indice dans les refuges ni dans les itinéraires de descente", a déclaré à l'AFP Bruno Berjat, pilote de l'hélicoptère Dragon 38 de la sécurité civile de Grenoble (sud-est). Les gendarmes ont aussi survolé les différents glaciers entourant la Barre des Écrins (4.102 m) ainsi que leurs crevasses. "On a treuillé des secouristes à des endroits où les alpinistes auraient pu bivouaquer", a précisé le capitaine Colombani. Samedi, les conditions devraient permettre de déposer des chiens au col des Avalanches, qui se situe au pied de la Barre des Écrins. La température sur place était de -16°C vendredi à 9H00 (08H00 GMT). Originaires du nord de l'Italie, les trois hommes sont âgés respectivement de 31, 32 et 49 ans, selon la gendarmerie, qui a refusé de dévoiler leur identité. D'après les médias italiens, il s'agit de Damiano Barabino, cardiologue à Gênes et alpiniste chevronné, Francesco Cantù, chef du département de cardio-chirurgie à Lecco et Luca Gaggianese, instructeur au club alpin italien de Milan. Partis dimanche matin du Pré de Mme Carle (1.874 mètres d'altitude), dans les Hautes-Alpes, ils ont réalisé avec succès l'ascension de la barre des Écrins (4.102 mètres) par la goulotte Gabarrou-Marsigny, une voie glaciaire de 1.250 mètres de long cotée "extrêmement difficile". Jeudi, les quatre reconnaissances aériennes menées par l'hélicoptère de la sécurité civile de Grenoble et celui de la gendarmerie de Digne-les-Bains n'avaient déjà pas permis de localiser les trois alpinistes. Depuis le lancement de l'alerte lundi, plusieurs tentatives de secours par voie terrestre étaient restées vaines en raison d'une violente tempête de neige. Ils est tombé plus d'un mètre de neige à 3.000 mètres d'altitude dans le massif des Écrins, selon Météo France. aag/dth/alc/dro

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!