Suisse - Toujours moins d’antibiotiques utilisés sur les animaux
Publié

SuisseToujours moins d’antibiotiques utilisés sur les animaux

Selon l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, les ventes destinées aux animaux ont encore reculé de 4% l’an dernier.

La diminution continue des ventes montre que les vétérinaires sont sensibles à la question de la résistance aux antibiotiques, selon l’OSAV

La diminution continue des ventes montre que les vétérinaires sont sensibles à la question de la résistance aux antibiotiques, selon l’OSAV

AFP

Bonne nouvelle: les vétérinaires utilisent toujours moins d’antibiotiques pour traiter les animaux. En effet, selon l’office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), la quantité totale de ce type de médicaments a baissé d’environ 4% l’an dernier et celle des classes d’antibiotiques critiques (ceux qui ne devraient être utilisés que si les autres ne sont plus efficaces) d’environ 9%.

Cette baisse s’inscrit en outre dans la tendance de ces dernières années. En effet, un recul des ventes de plus de 52% a été observé depuis 10 ans, avec 60’000 kg d’antibiotiques vendus en 2011 contre 29’000 kg l’an dernier, observe l’OSAV.

Par contre, la quantité totale d’antibiotiques vendue ne fournit aucune indication sur la manière dont ils sont utilisés sur les animaux. Raison pour laquelle un système d’information sur les antibiotiques en médecine vétérinaire a été introduit: il s’agit d’une base de données dans laquelle les vétérinaires doivent enregistrer les prescriptions d’antibiotiques depuis le 1er janvier 2019, explique l’OSAV. Les données sont en cours d’évaluation et permettront d’identifier les problèmes et de prendre des mesures ciblées.

Problématique de la résistance aux antibiotiques

Néanmoins, la diminution continue des ventes montre que les vétérinaires sont sensibles à la question de la résistance aux antibiotiques, se félicite l’OSAV. Qui prévient toutefois que si la quantité de produits vendue a diminué, il faut poursuivre les efforts engagés pour promouvoir encore mieux leur bonne utilisation.

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires rappelle en effet que les antibiotiques constituent l’un des plus grands progrès de la médecine et qu’ils permettent de guérir des maladies bactériennes souvent mortelles autrefois. Mais, en raison de leur utilisation excessive et inappropriée en médecine humaine et vétérinaire, toujours plus de bactéries deviennent résistantes. Avec des conséquences dramatiques qui touchent à la fois les humains, les animaux, l’agriculture et l’environnement. Raison pour laquelle Berne a adopté la Stratégie Antibiorésistance (StAR) pour gérer de manière coordonnée cette problématique.

Résistance sur la volaille

Comme l’UE, la Suisse suit de près l’évolution des résistances aux antibios sur les animaux de rente en bonne santé. Ainsi, elle a prélevé des échantillons l’an dernier sur des poulets de chair dans les abattoirs et sur des produits à base de viande de volaille dans le commerce de détail. Résultat: la situation des résistances est similaire à 2018, avec parfois un recul pour les résistances aux antibiotiques importants.

(cht/comm)

Votre opinion

3 commentaires