Publié

Statistiques fédéralesToujours plus d'armes de guerre exportées

L'Allemagne reste toujours le plus gros client d'armes de guerre helvétiques. Le pays a exporté des armes pour une valeur totale de près de 567 millions de francs.

L'Allemagne et l'Indonésie restent les plus gros clients de la Suisse.

L'Allemagne et l'Indonésie restent les plus gros clients de la Suisse.

Archives/photo d'illustration, Keystone

La Suisse a exporté davantage de matériel de guerre l'an dernier.

Des armes, des munitions et équipements pour une valeur de 563,5 millions de francs ont été vendus à d'autres pays, soit une hausse de 102,3 millions par rapport à 2013, année marquée par un fort recul.

La part de ce matériel de guerre par rapport au volume global des exportations suisses est de 0,26% en 2014, contre 0,22% en 2013, selon les chiffres fournis ce jeudi 26 février par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

L'Allemagne reste le plus gros client (186,9 millions). En 2013, le pays voisin avait acquis du matériel de guerre helvétique pour 123,5 millions. Un autre client important a été l'Indonésie l'an dernier (121,4 millions).

Suivent loin derrière l'Italie (49,3 millions), les Etats-Unis (34,6 millions), la Grande-Bretagne (20,8 millions) et la France (20,7 millions).

Les Emirats arabes unis, à qui la Suisse a livré 21 avions d'entraînement entre 2011 et 2012, font aussi partie des meilleurs repreneurs (14 millions). Le Bahreïn a importé du matériel de guerre pour la même somme.

Le cas de l'Arabie Saoudite

Le grand voisin de ces petits pays, l'Arabie Saoudite, en a acheté pour 3,8 millions. Le royaume wahhabite fait toutefois l'objet d'une interdiction d'exportation de matériel de guerre. Les armes helvétiques qui y sont importées sont donc des pièces de rechange pour des systèmes de défense aérien livrés il y a plusieurs années, non soumis à cette mesure.

La Russie et l'Ukraine, actuellement en conflit, ont importé du matériel de guerre suisse pour respectivement 536'000 et 10'000 francs.

Dans le détail, 24,4% des livraisons effectuées étaient constituées d'armes de tous calibres (à l'exception des armes individuelles à épauler et des armes de poing), 21,1% de véhicules blindés et autres véhicules motorisés, 19,6% de matériel de conduite de tir et 19,3% de munitions. Six autres catégories, dont celle des aéronefs et leur matériel, représentent les 15,6 % restants.

(ats)

Votre opinion