Publié

cyclismeTour d'Espagne - 16e étape: "Purito" en rouge, Dumoulin en position de force (COMPTE RENDU)

Alto Ermita de Alba (Espagne), 7 sept 2015 (AFP) - L'Espagnol Joaquim "Purito" Rodriguez s'est emparé lundi du maillot rouge du Tour d'Espagne au terme d'une 16e étape qui a souri au Luxembourgeois Frank Schleck, vainqueur en solitaire, et au Néerlandais Tom Dumoulin, en position de force avant un contre-la-montre capital mercredi.

La seconde journée de repos de cette Vuelta, programmée mardi à Burgos, devrait permettre aux purs grimpeurs de nourrir des regrets après cette ultime journée de haute montagne aux airs d'occasion manquée.

C'était sans doute l'opportunité rêvée de distancer Dumoulin, excellent rouleur, à deux jours du "chrono" de Burgos. Mais l'attentisme a pris le pas sur l'audace et seule l'attaque dans le dernier kilomètre de "Purito" (Katusha), neuvième au sommet, a animé la fin d'après-midi.

Le Catalan (36 ans) s'élancera donc en rouge mercredi après avoir repris deux secondes à Fabio Aru (Astana) à l'arrivée, le dépossédant de son maillot pour seulement une petite seconde.

Mais plus que cette passation de pouvoir, on retiendra que Tom Dumoulin (Giant-Alpecin) a une nouvelle fois limité les dégâts sur un terrain qui n'est pas le sien: seulement 27 sec concédées à "Purito".

"Ce contre-la-montre va être très compliqué", a résumé Joaquim Rodriguez au micro de la télévision publique espagnole. "(Dumoulin) a l'air très bien. Une fois qu'il sera reposé, il sera très concentré pour faire un super chrono . Peut-être qu'il est le grand favori pour gagner cette Vuelta."

Au classement général, le Néerlandais (4e) pointe à seulement 1 min 51 sec, un écart que le médaillé de bronze du "chrono" aux Mondiaux 2014 est en mesure de combler mercredi sur les 38,7 km chronométrés.

"Mon objectif était de perdre le moins de temps possible (lundi). Cette étape était pour moi plus importante que le contre-la-montre de Burgos", s'est réjoui Dumoulin.

Avec un menu plutôt léger en ascensions dans la dernière semaine, c'est donc contre le chronomètre que "Purito" et ses poursuivants devraient se battre pour décider du probable vainqueur de cette Vuelta.

Et tout semble encore ouvert pour le podium entre Rodriguez, Aru, le Polonais Rafal Majka (Tinkoff, 3e à 1 min 35) ou Dumoulin, sachant que les huit premiers du général se tiennent en un peu plus de 3 minutes.

Etait-ce la difficulté du parcours de lundi, avec sept ascensions répertoriées ? Ou bien la crainte de l'ultime col du jour et ses passages à plus de 20% ? Toujours est-il qu'aucun ténor n'a osé lancer les grandes manoeuvres.

Cela a profité à l'échappée du jour et à Frank Schleck (Trek), qui a remporté sa première victoire d'étape sur la Vuelta et rejeté derrière lui une période morose.

"Je suis très heureux, les mois écoulés ont été très difficiles pour moi", a commenté l'aîné des frères Schleck (35 ans), privé du Tour de France à cause de douleurs chroniques à un genou et rapidement distancé dans la course au général sur cette Vuelta.

Pour les Français en revanche, toujours pas de victoire d'étape à six jours de l'arrivée à Madrid dimanche. Pierre Rolland (Europcar) était certes dans l'échappée mais il a échoué à la cinquième place, tandis que Sylvain Chavanel (IAM), présent dans le peloton, a lourdement chuté dans une descente, parvenant tout de même à rallier l'arrivée.

jed/pel

(AFP)

Votre opinion