Publié

cyclismeTour d'Espagne - 2e étape: Nibali, mis hors course, éclipse Chaves (PAPIER GENERAL)

Caminito del Rey (Espagne), 23 août 2015 (AFP) - L'exclusion de l'Italien Vincenzo Nibali pour s'être accroché à sa voiture a jeté un froid glacial dimanche sur le Tour d'Espagne, subitement privé de l'un de ses favoris, ce qui a éclipsé la belle victoire de Johan Esteban Chaves dans la 2e étape.

Nibali était venu pour sauver sa saison sur la Vuelta. Il en est reparti au bout de deux jours, la réputation entachée par cette aide mécanique indigne de son statut de vainqueur du Tour de France 2014.

Retardé par une chute à 30 km de l'arrivée, l'Italien n'a, en effet, pas hésité à s'agripper à la voiture de son équipe Astana pour tenter de revenir dans le peloton. Une attitude sévèrement réprimée par le règlement et qui a poussé le jury des commissaires à se montrer inflexible malgré l'aura et le statut de Nibali, l'un des six coureurs de l'histoire à avoir gagné chacun des trois Grands Tours.

"C'est mauvais pour le cyclisme, pour le coureur (Nibali), pour la Vuelta et son image, parce que nous perdons un des favoris", a déclaré à la presse Javier Guillen, directeur général de la Vuelta. "Nous acceptons la décision pour éviter tout précédent."

Les faits sont difficiles à nier: la chaîne Eurosport a diffusé une vidéo filmée depuis un hélicoptère où l'on voit le champion italien à la tête d'un groupe de coureurs attardés. Le vainqueur du Tour d'Espagne 2010 semble se porter à hauteur de sa voiture et aussitôt, coureur et véhicule produisent une nette accélération qui décroche tous les autres poursuivants.

"Nous avons demandé de la clémence et que soit appliquée une sanction en temps, mais les juges ont estimé qu'une action de ce type créait un précédent pour les autres coureurs", a déclaré Stefano Zanini, l'un des directeurs sportifs d'Astana.

Et la règle est la même pour tous: le Britannique Chris Froome lui-même avait été exclu du Tour d'Italie 2010 pour s'être agrippé à une moto.

Nibali, vainqueur de la Vuelta 2010, du Tour 2014 et du Giro 2013, figurait parmi les favoris pour la victoire finale sur ce Tour d'Espagne 2015 aux côtés de Froome, du Colombien Nairo Quintana et de l'Espagnol Alejandro Valverde.

Son exclusion laisse un vide au sein du peloton et de son équipe Astana, que vont s'attacher à combler ses ambitieux équipiers Fabio Aru et Mikel Landa.

Après une première étape neutralisée, samedi, pour cause de parcours trop dangereux, l'exclusion de Nibali vient ternir un peu plus l'image de la Vuelta, le plus récent des trois Grands Tours, qui tente d'exister dans l'ombre de ses deux aînés.

Toutes ces polémiques feraient presque oublier la course: le Colombien Johan Esteban Chaves (Orica-GreenEdge) a remporté en costaud la 2e étape au sommet d'une ascension finale de 3e catégorie à Caminito del Rey (Andalousie), s'emparant du même coup du maillot rouge de leader.

"C'est ma première victoire dans une grande course de trois semaines, avec en outre le maillot de leader, c'est incroyable", s'est réjoui Chaves au micro de la télévision publique espagnole TVE. "Nous allons tout donner pour conserver (ce maillot) le plus longtemps possible", a ajouté le vainqueur du Tour de l'Avenir 2011.

Grâce aux 10 secondes de bonifications allouées au vainqueur, le petit grimpeur colombien (25 ans) compte, en outre, au moins une trentaine de secondes d'avance sur les principaux favoris.

Lundi, la 3e étape conduira les coureurs de Mijas à Malaga sur 158,4 km, un parcours a priori favorable aux sprinteurs. Et le peloton espère rejeter loin derrière lui toutes les controverses extrasportives.

str-jed/mca/jl

(AFP)

Votre opinion