05.05.2013 à 16:26

GiroTour d'Italie - 2e étape: débarquement britannique sur Ischia (COMPTE RENDU)

ISCHIA (Italie), 05 mai 2013 (AFP) - L'île d'Ischia, théâtre de la deuxième étape du Giro, s'est transformée dimanche en possession britannique dans le contre-la-montre par équipes remporté par la formation Sky de Bradley Wiggins.

Sans prendre de risques superflus, le vainqueur du Tour de France a mené les siens au succès sur un parcours piégeux de 17,4 kilomètres et a pris 14 secondes à l'autre favori du Giro, l'Italien Vincenzo Nibali. Après l'arrivée, l'un de ses coéquipiers, l'Italien Salvatore Puccio, a endossé le maillot rose. "Aujourd'hui, c'est le jour de Puccio et de Cataldo (l'autre Italien de l'équipe Sky)", a déclaré Wiggins à la journaliste de la télévision publique italienne (RAI) qui le sollicitait après ce succès, le premier de Sky dans un contre-la-montre par équipes d'un grand tour. Puccio, un jeune Sicilien de 23 ans, a donc connu son (premier) jour de gloire. Néophyte du Giro et aussi des grands tours, il s'est fait remarquer dans la catégorie des jeunes par sa victoire dans le Tour des Flandres espoirs. Comme Nibali, il a quitté la Sicile, l'île où il est né près d'Agrigente, pour s'installer dans le centre de l'Italie. Désormais basé dans la paisible Assise (Ombrie), la cité de Saint-François, il n'en est qu'à sa deuxième saison chez les professionnels et rêve à l'avenir des classiques. En attendant, Puccio a savouré le plaisir de succéder à Mark Cavendish, le vainqueur de la première étape dont l'équipe Omega Pharma (17e sur 23) a souffert sur le parcours acrobatique menant d'Ischia à Forio, à l'ouest de l'île. "Cav", qui a lâché 48 secondes, a reporté ses ambitions à mercredi, le relief des deux prochaines étapes s'annonçant trop prononcé pour un sprint massif. Nibali, dont l'équipe, Astana, a pris la troisième place de l'étape derrière les Movistar (en tête après 7,9 km), s'est déclaré très satisfait de l'opération: "Nous sommes une équipe de grimpeurs, pas de spécialistes du chrono. Le parcours était dur et ça allait vite, à 70 à l'heure dans les descentes." L'Italien a fait mieux que le vainqueur sortant du Giro, le Canadien Ryder Hesjedal, lequel a cédé 25 secondes à la référence Wiggins. Les équipes de l'Italien Michele Scarponi (22 secondes) et du Néerlandais Robert Gesink (28 secondes) se sont situées dans les mêmes eaux. En revanche, les BMC de l'Australien Cadel Evans ont déboursé 37 secondes et les Euskaltel de l'Espagnol Samuel Sanchez plus d'une minute. Il est vrai que l'équipe basque a cafouillé dans le final en se présentant à quatre coureurs sur la ligne d'arrivée, les temps étant pris sur le... cinquième homme. Après Ischia, où le Giro n'avait fait étape qu'une seule fois au cours de son histoire (en 1959), la course rose revient sur le continent, lundi, pour la 3e étape, et met le cap vers le sud. De Sorrente à Marina di Ascea, le parcours de 222 kilomètres présente deux petits cols dans sa seconde moitié, le dernier à 20 kilomètres de l'arrivée. jm/chc

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!