Publié

CyclismeTour de France - 10e étape: déclarations

La Pierre-Saint-Martin (France), 14 juil 2015 (AFP) - Chris Froome (GBR/Sky), vainqueur de l'étape et maillot jaune: "Je suis tellement content ! On préparait ça depuis tant de temps.

Courir de cette façon, avec Richie (Porte) deuxième, avec Geraint Thomas cinquième... C'est une journée historique pour l'équipe. Il fallait bien négocier la journée de repos. Certains l'ont peut-être payée... Dans la montée, j'ai entendu qu'il y avait beaucoup de coureurs distancés. J'ai dit à Richie et à Geraint que c'était le bon moment, qu'il fallait tout donner. Je suis surpris des écarts mais il reste beaucoup d'étapes. Il faut maintenant bien défendre ce maillot jaune." Nairo Quintana (COL/Movistar), 3e de l'étape et du classement général: "L'équipe a durci la course. Je pensais que j'allais être bien dans la montée et d'ailleurs je pense avoir bien grimpé. Mais Froome a été plus fort que moi. C'était la journée qui permettait de situer chacun. J'ai vu que Froome allait mieux que moi. Je me sens bien, physiquement et moralement, j'ai de bonnes sensations. Cela ira mieux au fil des jours. " Alberto Contador (ESP/Tinkoff), 11e de l'étape et 6e du classement général: "Je savais que ce serait une journée importante. Mais je n'arrivais pas à respirer, à tourner les jambes assez vite. J'ai passé une mauvaise journée. Je vais continuer à voir jour après jour. La priorité maintenant, c'est de récupérer. On va faire le bilan et voir ce qu'on peut faire." Vincenzo Nibali (ITA/Astana), 21e de l'étape et 11e du classement général: "J'ai passé une journée très difficile. Je n'arrivais pas à garder le rythme, à trouver le souffle. Comme si j'étais sans forces... J'avais du mal à suivre mes coéquipiers. je ne suis même pas le petit frère du Nibali de l'année dernière." Pierre Rolland (FRA/Europcar), 8e de l'étape: "La transition n'était pas évidente après dix jours sur les gros braquets, ça explique certaines défaillances. Je me suis senti bien. J'ai beaucoup subi dans les dix premiers jours, avec les bordures, les pavés... J'avais hâte d'arriver dans la montagne. Je suis content des sensations ressenties dans la montée même si c'est loin de Froome. Lui et Quintana, ce sont les meilleurs." Tony Gallopin (FRA/Lotto), 9e de l'étape et 7e du classement général: "Quand j'ai des bonnes jambes, je me surprends en montagne. L'équipe a travaillé pour Andre (Greipel) jusqu'au sprint intermédiaire, puis pour me placer. Une montée de 15 kilomètres, c'est un peu long pour moi mais je me suis accroché. J'ai pu le faire tant que le rythme était régulier. Maintenant, je vais sans doute devoir revoir les plans, je n'aurai pas de liberté compte tenu de ma position. Je vais essayer de passer les Pyrénées le mieux possible. Je n'ai encore jamais joué le (classement) général d'un grand tour." jm/bvo

(AFP)

Votre opinion