Publié

cyclismeTour de France - 6e étape: Zdenek Stybar, le tout-terrain (PORTRAIT)

Le Havre, 9 juil 2015 (AFP) - Le Tchèque Zdenek Stybar, vainqueur de la sixième étape du Tour jeudi au Havre, est l'un des coureurs "les plus polyvalents du peloton", selon le manager de l'équipe Etixx, le Belge Patrick Lefevere, qui estime que son "coureur est capable de tout, sur presque tous les terrains".

"C'est un spécialiste du cyclo-cross (champion du monde en 2010, 2011 et 2014, ndlr), avec une mentalité de Flamand. Ça résume le personnage: avec un tel pedigree, il est capable de tout", insiste Lefevere. Le manager belge assure que Stybar, 29 ans, pourrait "s'imposer sur Milan-Sanremo, le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix". Devrait-il cibler un jour ses objectifs ? "Non, tranche Lefevere. Zdenek a besoin de courir beaucoup. Ça ne marche pas trop mal comme ça, non ?". Stybar aime la difficulté, les terrains hostiles, notamment boueux, le mauvais temps, la Flandre. Jeudi, il s'est pourtant imposé sous le soleil dans une étape promise aux puncheurs, dont il fait visiblement partie, à écouter son équipier britannique Mark Cavendish. "Vous avez vu comment il a pris ses distances, mètre après mètre, avec la tête du peloton ? Zdenek est un coureur hors norme", estime l'ancien champion du monde. Pour Wilfried Peeters, son directeur sportif chez Etixx, le cyclo-cross est "pour beaucoup dans sa réussite sur route". "Le cyclo-cross permet l'acquisition d'un bagage technique bien plus complet que la route. Si Zdenek est si élégant et efficace sur le route, il le doit sans aucun doute à cette discipline", assure le Belge. Cette année, Stybar a remporté le Strade Bianche sur les sentiers de Toscane. Il s'est aussi classé 2e de Paris-Roubaix et 9e du Tour des Flandres. L'an passé, il avait pris la 7e place de Milan-Sanremo et la 10e de la Classica San Sebastian. "Cette victoire d'étape sur le Tour de France, je la place au même niveau que mon premier titre mondial en cyclo-cross, déclarait-il jeudi soir. C'est la même émotion. mais ici, c'est le Tour. La plus grande course du monde. Je suis très fier." Ces deux dernières saisons, Stybar a délaissé les prairies flamandes au profit de la route. Il sait qu'il ne lui reste que quelques années pour se bâtir "un palmarès consistant". "Il le mériterait", assure Lefevere: lorsqu'il avait fait ses débuts sur route dans le peloton pro en 2011, beaucoup de spécialistes, en Flandre notamment, s'étaient dit sceptiques quant à sa réussite. Les doutes ont été définitivement levés jeudi en Normandie. bnl/pyv

(AFP)

Ton opinion