Publié

cyclismeTour de France - La roue tourne

Bagnères-de-Luchon (France), 22 juil 2014 (AFP) - Sécurisé.

Face à la forte affluence attendue dans les Pyrénées, l'organisation du Tour a créé cette année deux zones barriérées de 500 mètres dans chacune des ascensions finales des étapes de mercredi et jeudi, afin de permettre aux coureurs de s'attaquer et se doubler sans danger d'être bousculés. Dans l'ascension du Pla d'Adet, elles débuteront à 10,6 kilomètres et 3,3 kilomètres de l'arrivée. Dans celle d'Hautacam, elles seront situées à 7,6 kilomètres et 4 kilomètres de la ligne. Accusation. Le manager de l'équipe Europcar Jean-René Bernaudeau a accusé le Suisse de la formation Orica Michael Albasini d'avoir traité son coureur Kévin Reza de "sale nègre" durant l'échappée. "Ca se règlera demain matin (mercredi)", a assuré Bernaudeau. Déçu. Après ses deux victoires lors des deux dernières arrivées du Tour à Bagnères-de-Luchon en 2010 et 2012, Thomas Voeckler visait une troisième victoire d'affilée. Le coup est passé près pour le coureur d'Europcar, qui a terminé deuxième après avoir été surpris par Michael Rogers dans le final. "C'est une immense déception, j'avais cette étape en tête depuis que le parcours était sorti en octobre dernier, a-t-il expliqué, amer. On est obligé de considérer ça comme un échec." Affaibli. A la peine depuis le début de Tour, Jurgen van den Broeck a passé des examens médicaux qui ont révélé que le coureur souffrait d'une infection bactérienne au mycoplasme. Bonne nouvelle pour le Belge: elle est en recul. "Les anticorps qui luttent contre le mycoplasme sont en augmentation, ce qui indique que son corps a bien dû lutter ces derniers jours contre cette infection, indique dans un communiqué Jan Mathieu, le médecin de l'équipe Lotto. Puisque nous avions cette cause possible à l'esprit, nous avons débuté une cure d'antibiotiques depuis samedi, c'est pourquoi le mycoplasme a quitté le corps". Mardi, le Belge était encore à la peine: il a terminé à plus de 11 minutes du vainqueur. Malheureux. Malchance ou maladresse ? Le coureur suisse d'IAM Cycling Reto Hollenstein a mal entamé la plus longue étape du Tour en chutant dans le premier kilomètre. Largement éraflé sur tout le côté droit, il a repris la route et terminé au courage l'étape malgré un pneumothorax. Ce qui n'a pas empêché les commissaires de course de lui infliger deux amendes pour des abris prolongés derrière sa voiture d'équipe. sva/bvo

(AFP)

Votre opinion