Publié

CyclismeTour de Pékin - 1re étape: Hushovd a toujours faim (COMPTE RENDU)

Par Benoît NOEL HUAIROU (Chine), 11 oct 2013 (AFP) - Le Norvégien Thor Hushovd, vainqueur de la première étape du Tour de Pékin cycliste vendredi à Huairou, a démontré qu'à 35 ans il n'a rien perdu de sa pointe de vitesse.

Au bout d'une ligne droite longue de près de 5 km, le champion du monde 2010 a signé en Chine son 9e succès cette saison, le 60e de sa carrière, devançant à l'issue d'un emballage massif décousu le Slovène Luka Mezgec et la Belge Nikolas Maes. En tête à 100 m de la ligne, l'Italien Alessandro Petacchi (39 ans) a dû se contenter de la quatrième place, tandis que Nacer Bouhanni, laissé seul un peu trop tôt par ses équipiers de la FDJ.fr, a finalement échoué à la 8e place. "Je suis un peu surpris d'avoir été assez costaud. Mais les bonnes sensations que je ressens depuis le mois de juin sont a l'évidence toujours bien là", s'est réjoui le sprinteur de BMC. Après une saison 2012 vierge de tout succès et marquée par une longue indisponibilité causée par un virus, Hushovd a connu "des hauts et des bas" en 2013 avant "de revivre" cet été, signant des succès sur les Tours d'Autriche et de Pologne et remportant une course lui tenant particulièrement à coeur, la première édition de l'Artic Race of Norway. A Huairou à une centaine de kilomètres au nord de Pékin, le Norvégien a remporté une étape plate de 190 km qui ne pouvait échapper à un sprinter malgré la tentative du Belge Sander Cordeel, dernier à tenter d'échapper au peloton. Au jeu du chacun pour soi dans un sprint décousu, Hushovd s'est montré le plus malin. "Il fallait attendre le plus tard possible. Dans les cent derniers mètres, il y avait de la place sur le côté droit de la route. J'en ai profité", a expliqué Hushovd qui ne se fait aucune illusion sur la suite de l'épreuve. "Certaines étapes sont trop dures pour moi. Chez BMC, les hommes qui jouent le classement sont Matthias Frank et surtout Dominik Nerz", a-t-il poursuivi. Hushovd ne désespère pourtant pas de s'illustrer lors de la deuxième étape. Si trois cols de deuxième catégorie durcissent le parcours, la dernière difficulté se situe à 50 km de la ligne. bnl/ep/smr

(AFP)

Ton opinion