Ski de fond: Tour de ski: Cologna abandonne après un claquage au mollet

Actualisé

Ski de fondTour de ski: Cologna abandonne après un claquage au mollet

Victime d'un claquage, le Grison ne disputera pas la dernière étape de la compétition ce dimanche.

par
ats
Dario Cologna a été victime d'une défaillance étonnante.

Dario Cologna a été victime d'une défaillance étonnante.

Keystone

Dario Cologna a été stoppé «en plein vol» lors de l'avant-dernière étape du Tour de Ski, à Val di Fiemme (ITA). Victime d'une blessure musculaire au mollet gauche - probablement un claquage - vers le 10e km alors qu'il menait avec le Martin Johnsrud Sundby, il a fini l'étape au ralenti (40e à 2'51). Le Grison a annoncé peu après qu'il quittait le Tour pour rentrer en Suisse.

Le triple champion olympique passera une IRM dimanche à Davos pour déterminer la gravité et la nature exacte de sa blessure. Selon Christian Flury, le coach des fondeurs helvétiques, Cologna n'a pas aggravé son cas en s'évertuant à terminer l'étape - longue de 15 km, en style classique - envers et contre tout. Il a bouclé son pensum en double poussée de bâtons et n'a donc pratiquement pas sollicité son mollet blessé. Le Grison - 7e du général avant cette mésaventure - avait été terrassé au moment où il forçait l'allure derrière Sundby. Très actif sur l'étape, il semblait en mesure d'aller chercher un podium.

«Je me sentais fort»

«Aujourd'hui (samedi), je me sentais fort, j'avais du très bon matériel. C'est dur pour moi de devoir arrêter ainsi. J'attendrai les résultats des examens avant de décider de la suite de ma saison», a déclaré Cologna.

Jusqu'à présent, le leader du fond suisse avait l'intention, après le Tour, de disputer la classique de la Marcialonga/ITA (70 km) à fin janvier en guise d'affûtage pour le 50 km d'Oslo, début février.

Depuis le début du Tour, le fondeur du Val Müstair n'était pas le «Super Dario» que le public avait connu lors de ses trois triomphes sur le Tour, le dernier en 2012. Mais il lorgnait encore la 3e place finale.

Sundby a décroché son 3e succès d'étape, avec 7'' d'avance sur son compatriote norvégien Niklas Dyrhaug et 12''6 sur le Kazakh Alexeï Poltoranin. Impérial, barbu Norvégien s'apprête à fêter un troisième succès final de rang sur ce Tour, lui qui n'a connu aucune défaillance depuis le début de l'hiver, à l'exception d'un léger coup de mou en milieu de semaine à Oberstdorf. Il abordera l'ultime tronçon avec quelque 3 minutes d'avance sur son compatriote Petter Northug, dont la 2e place apparaît très menacée par Poltoranin, Sergey Ustiugov et Finn Haagen Krogh. Le Grison Jonas Baumann a pris une encourageante 16e place sur l'étape et veut viser le top 20 final.

Weng, enfin!

La Bernoise Nathalie von Siebenthal a signé le meilleur résultat de sa carrière avec une 11e place lors du 10 km en classique. «Cette fois, j'ai tenu bon psychologiquement quand la crise menaçait», s'est félicitée la fondeuse de Lauenen (BE), qui a pu s'appuyer sur un excellent matériel. Elle figure au 23e rang du classement général.

A 24 ans, la Norvégienne Heidi Weng a décroché son premier succès en Coupe du monde après... 37 podiums, mais jamais sur la plus haute marche avant ce jour!

Avant l'ultime étape dimanche, la favorite Therese Johaug se retrouve sous forte pression. La Norvégienne, 3e samedi, a encore concédé du terrain et abordera la montée vers l'Alpe Cermis avec 38 secondes de retard au général sur sa compatriote Ingvild Flugstad Östberg. Mais Johaug, poids plume, a parfaitement les moyens de combler ce débours, bien qu'elle n'ait plus son aisance de novembre-décembre.

Révélation de ce Tour, Östberg a pris la 2e place de l'étape, à 0''8 de Weng. Östberg, Johaug et Weng occupent dans cet ordre les trois premières places du général, illustrant la domination norvégienne écrasante sur le fond, hommes et femmes confondus.

Ton opinion