05.06.2015 à 13:26

CyclismeTour et record de l'heure : Wiggins veut rejoindre le club des cinq (PAPIER D'ANGLE-DOSSIER)

Bradley Wiggins veut imiter dimanche les cinq coureurs (Lucien Petit-Breton, Fausto Coppi, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Miguel Indurain) qui ont gagné le Tour de France et inscrit leur nom au palmarès du record de l'heure.

Vainqueur du Tour 2012, le Britannique postule à Londres à un record qui lui tend les bras au vu de son expérience des vélodromes. "Wiggo" est le seul à posséder une formation initiale de pistard au contraire des "routiers" figurant sur les tablettes du Tour, même si l'incomparable Merckx était aussi un habitué des Six-Jours. A l'époque moderne, Greg LeMond, triple vainqueur de la Grande Boucle, fut tenté en 1990 par le défi mais ne s'y lança pas. En revanche, Bernard Hinault rejeta toujours l'idée. "Nous avons très vite buté sur les problèmes psychologiques", expliqua son directeur sportif Cyrille Guimard. "Il fallait beaucoup de temps pour l'adaptation (à l'altitude) et l'on n'était pas vraiment sûr que, sur ce plan-là, l'individu Hinault connaîtrait la même réussite." Des cinq lauréats du Tour qui ont battu le record, Merckx et Indurain sont les seuls à s'être imposé dans la plus grande course du monde avant de monter en piste. Anquetil, le prototype du rouleur, fit de même en 1967 - il était alors le premier à avoir gagné cinq fois le Tour - pour dépasser la marque de Roger Rivière, réalisée malgré le handicap d'une... crevaison. Mais sa performance (47,493 km) ne fut pas homologuée en raison du refus du Normand de se soumettre au contrôle antidopage, alors à ses débuts. A l'inverse de ses grands prédécesseurs, Wiggins a établi une approche rationnelle de sa tentative. Hormis le bref Tour du Yorkshire, il s'est consacré uniquement à Paris-Roubaix avant de se programmer sur l'heure. En 1972, Merckx avait dans les jambes une saison inouïe, riche d'une cinquantaine de victoires. Il avait accompli une nouvelle fois le doublé Giro-Tour et enlevé plusieurs classiques (Milan-Sanremo, Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, Tour de Lombardie). "Merckx a battu le record comme je l'avais battu moi-même, sur sa condition de routier essentiellement. Nous sommes tous deux les auteurs de performances inachevées, bien que spectaculaires", estime alors Anquetil qui délivre un avis prémonitoire : "Une préparation rationnelle pour le record devrait s'échelonner sur trois mois au moins et faire la meilleure place au travail de fond et de résistance sur la piste." Vingt-deux ans plus tard, Indurain, premier (et seul) Espagnol au palmarès, en apporte a contrario la confirmation. Sa préparation, ramenée à deux semaines, laisse à désirer. Six semaines à peine ont passé depuis sa victoire dans le Tour. A Bordeaux, le grand Navarrais se montre peu à l'aise sur son vélo baptisé "Epée" en raison de sa forme et sa combinaison le blesse à cause d'un mauvais pli. "Je ne sais pas à combien battait mon coeur, je n'ai pas voulu emporter un pulsomètre", commente alors Indurain qui améliore toutefois de 327 mètres le record de l'Ecossais Graeme Obree, établi dans la position dite de l'oeuf. Dans la foulée, l'équipe d'Indurain affirme qu'il s'y frottera de nouveau, mais en altitude, l'année suivante. "S'il va à Mexico, il fera 55 kilomètres", juge Merckx. Une annonce sans lendemain. jm/es

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!