Publié

rugbyTournée - La jeune Angleterre pense à 2015, l'Australie s'interroge (PRESENTATION)

L'Angleterre, déjà tournée vers sa Coupe du monde de 2015, veut présenter samedi un visage aussi nouveau que convaincant lors du premier match de sa tournée d'automne contre une Australie en proie au doute.

Alors que l'Angleterre a fêté la semaine dernière les dix ans de son seul sacre mondial, le sélectionneur Stuart Lancaster mise ainsi sur ce classique pour donner le "coup d'envoi" officieux de la campagne qui doit mener sa sélection vers le sacre planétaire. "C'est une période excitante pour construire une équipe, a-t-il ainsi reconnu. Pas uniquement pour 2015 mais pour le long terme. Dans un coin de ma tête, je pense à ce qui va se passer dans deux ans pour donner une opportunité à certains qui seront-là à ce moment". Le compte à rebours du Mondial lancé, l'Angleterre, qui reste sur sept victoires lors des huit derniers matches, a fait des coupes franches dans son effectif pour se projeter vers le futur. Le centre Tomkins (26 ans, 0 sélection), ancien international à XIII, l'ailier Marlan Yarde (21 ans, 1 sél.) et le 3e ligne Billy Vunipola (21 ans, 2 sél.) se sont vus confié des responsabilités nouvelles alors que le demi de mêlée Lee Dickson (9 sél.), auteur d'un excellent début de saison avec Northampton, a été préféré à Ben Youngs (33 sél.). Si les avants Parling et Corbisiero ou les centres Barritt et Tuilagi sont forfaits, ces choix audacieux de Lancaster ne sont toutefois pas uniquement le fait des défections. Avec Flood, l'Anglais le plus capé (57), sur le banc, les remplaçants comptent même plus de sélections que les titulaires. "Je préfère ça plutôt que de me dire j'ai une équipe de 32-33 ans mais est-ce qu'elle passera l'année ? ", a tranché Lancaster. Soucieux de donner des repères à son ossature de demain en lui offrant dès maintenant de gros matches, le sélectionneur anglais sait aussi que, parmi les nations phares, l'Australie est peut-être l'adversaire qui s'y prête le plus car elle a elle-même ses propres problèmes à régler. Le double champion du monde (1991, 9999), même s'il peut se prévaloir d'un bilan avantageux contre l'Angleterre (24 victoires et 16 défaites) contre laquelle il reste d'ailleurs sur un succès à Twickenham il y a un an (20-14), a ainsi gagné seulement deux de ses huit derniers matches depuis juillet. Sans Pocock, ni Simmons, Ewen McKenzie a désigné capitaine le troisième ligne aux dix sélections Ben Mowen, plutôt que James Horwill et ses 43 sélections, décevant lors de ses dernières sorties.. Pas forcément plus expérimentés que leur adversaire, les Wallabies ont toutefois d'autres armes. Les Anglais ont ainsi ciblé le duo Cooper-Genia comme principale menace. Grâce à son mentor McKenzie, l'imprévisible demi d'ouverture du Queensland désigné vice-capitaine a semble-t-il été quelque peu canalisé après des performances très irrégulières. Le retour à la charnière de son compère de club Will Genia, revanchard après avoir été tenu à l'écart durant l'essentiel du Four Nations, a été un des déclics du redressement que les Wallabies veulent confirmer. Composition des équipes Angleterre: Brown - Ashton, Tomkins, Twelvetrees, Yarde - (o) Farrell, (m) Dickson - Robshaw (cap.), B. Vunipola, Wood - Lawes, Launchbury - Cole, T. Youngs, M. Vunipola Australie: Folau - Ashley-Cooper, Kuridrani, Toomua, Cummins - (o) Cooper, (m) Genia - Hooper, Mowen (cap.), Fardy - Horwill, Timani - Alexander, Moore, Slipper Remplaçants Angleterre: Hartley, Marler, Wilson, Attwood, Morgan, B. Youngs, Flood, Foden Australie: S. Fainga'a, Robinson, Kepu, Douglas, McCalman, White, Leali'ifano, Foley Arbitre: George Clancy (IRL) cd/sva/mhc

(AFP)

Votre opinion