Publié

rugbyTournées - Pollard, l'ouvreur que l'Afrique du Sud attendait (MAGAZINE)

Paris, 12 nov 2014 (AFP) - Loin des canons traditionnels de l'ouvreur sud-africain davantage gestionnaire que joueur, Handré Pollard a été propulsé à seulement 20 ans à la tête de la ligne d'attaque de Springboks, au jeu désormais tourné vers l'offensive.

La presse sud-africaine n'hésite pas à l'annoncer comme "le messie" des Boks, opposés à l'Angleterre samedi, le chef d'orchestre capable de mettre en musique le nouveau style d'attaque prôné par le sélectionneur Heyneke Meyer, par ailleurs engagé dans une cure de rajeunissement de l'effectif en vue de la Coupe du monde 2015. Exit donc Morné Steyn, l'expérimenté ouvreur ! "Avec Morné, nous avons un ouvreur excellent au pied, mais j'ai toujours dit que je voulais faire évoluer notre jeu", expliquait ainsi Meyer avant le premier des deux matches du Four Nations contre la Nouvelle-Zélande, mi-septembre (10-14). "Je ne pense pas qu'on puisse battre les All Blacks, surtout chez eux, en déployant un jeu classique. Et il faut l'exposer (Pollard) avant la Coupe du monde, où il pourra être un atout majeur. Il est costaud, brillant défenseur, a un bon jeu au pied et attaque incroyablement bien la ligne", ajoutait Meyer, justifiant la titularisation de Pollard. Pollard (7 sél.) ne comptait alors que trois sélections, achevait tout juste sa première saison en Super-15 avec les Blue Bulls et, quelques mois plus tôt, il venait de recevoir le titre de meilleur joueur junior du monde après avoir mené les Baby Boks à la finale du championnat du monde des moins de 20 ans ! Il détient d'ailleurs le record du nombre de points marqués dans la compétition, à laquelle il avait déjà pris part l'année précédente et en 2012. Agé de 18 ans, Pollard n'était alors que lycéen au prestigieux Paarl Gymnasium, dans la province du Cap-Occidental où il est né. Mais le talent n'atteint pas le nombre d'années, et Pollard a montré toute l'étendue du sien lors du deuxième match face aux All Blacks début octobre (27-25) en inscrivant neuf points au pied, plus deux essais dans son style particulier, au plus proche de la ligne d'avantage. "Nous voulons garder davantage le contrôle du ballon, prendre les espaces qui se présentent quand c'est possible et jouer un beau rugby. Le temps où l'on tapait systématiquement au pied est révolu", soulignait-il ainsi récemment dans la presse sud-africaine. Même Naas Botha, légendaire ouvreur des Boks dans les années 80 au coup de pied de mammouth, ne peut que reconnaître le talent de son jeune successeur: "Handré a une panoplie technique incroyable: il est costaud, rapide, habile balle en main, a une bonne vision du jeu et de la maturité. On pouvait s'interroger sur la fiabilité de son jeu au pied, mais ce n'est plus le cas." Il lui reste encore cependant des progrès à faire et Meyer, sans doute peu satisfait de sa prestation samedi dernier en Irlande (15-29), lui a préféré Pat Lambie pour le choc de samedi en Angleterre. nk/gca

(AFP)

Votre opinion