Publié

rugbyTournoi - 1re journée: un hors d'oeuvre au goût de dessert (PRESENTATION)

En proposant deux affiches du prochain Mondial à l'automne, pays de Galles-Angleterre et Italie-Irlande, la première journée du Tournoi des six nations vendredi et samedi servira autant à frapper les esprits qu'à bien entrer dans la compétition.

Les projecteurs seront d'abord braqués sur le Millennium Stadium de Cardiff vendredi à 21H05 où un bouillant duel entre le XV du Poireau et celui de la Rose ouvrira avec fracas l'année internationale. Si la clameur des quelque 80.000 spectateurs ne sera pour une fois pas contenue par le toit, laissé ouvert pour l'occasion, cela n'empêchera pas bruit et fureur autour des 30 acteurs du match. Tout le monde aura bien sûr en tête une date -le 26 septembre 2015- et un lieu -le stade de Twickenham- où les deux équipes se retrouveront pour la 2e journée du Mondial organisé en Angleterre. Il s'agit donc bien d'une répétition générale, en dépit de l'absence sur blessure de plusieurs joueurs côté anglais (Farrell, Tuilagi...). Les hommes de Stuart Lancaster, sous pression, voudront effacer l'humiliation de leur dernière sortie au Millennium: une cuisante défaite 30 à 3 en clôture de l'édition 2013, ce qui les avait privés de Grand Chelem et même de titre. Les Gallois espèrent, eux, travailler dans la continuité de leur victoire (12-6) face à l'Afrique du Sud en novembre. D'ailleurs, 13 des 15 titulaires face aux Springboks débuteront vendredi soir. Vainqueur du Tournoi-2014, l'Irlande entame sa campagne 2015 samedi (15H30) au stade Olympique de Rome avec l'étiquette de favorite de la compétition. Le XV du Trèfle, privé pour cette première journée de son chef d'orchestre Jonathan Sexton, s'est offert l'Afrique du Sud et l'Australie en novembre et s'affirme comme l'équipe en forme de l'hémisphère nord. Opportun à sept mois d'un Mondial dont il n'a jamais dépassé le cap des quarts. Les hommes de Joe Schmidt, avec une nouvelle paire de centres Payne-Henshaw, voudront donc affirmer cette suprématie face à une équipe italienne dans le doute après avoir récolté la cuillère de bois l'an dernier. Surtout que les deux parties se retrouveront le 4 octobre au Stade Olympique de Londres lors de la 4e journée de la Coupe du monde. Versé dans la même poule D qu'Italiens et Irlandais, le XV de France aura forcément aussi un oeil sur cette rencontre. Mais il devra d'abord se concentrer sur son adversaire du jour, l'Ecosse, qu'il accueille au Stade de France (18H00). Les Bleus de Philippe Saint-André sont en panne de résultats: ils n'ont plus remporté le Tournoi depuis le Grand Chelem de 2010 et courent désespérément derrière une série de victoires. En novembre, le succès face à l'Australie (29-26) a apporté un peu d'espoir. Et c'est sur ce petit élan que la France se présentera face à un XV du Chardon qui cherchera, lui aussi, à capitaliser sur un automne encourageant. Les hommes de Vern Cotter ont, en effet, battu l'Argentine (41-31) puis ont frôlé la première victoire de leur histoire face aux All Blacks (24-16). Et Cotter, resté huit ans aux commandes de Clermont (2006-2014), se fera un plaisir de se rappeler au bon souvenir des Français. A charge pour les Bleus de tenir leur rang, sous peine de se déplacer la peur au ventre à Dublin le samedi suivant lors de la 2e journée. jmt/sk

(AFP)

Ton opinion