Publié

rugbyTournoi - La 1re journée en bref (ENCADRE)

Paris, 7 fév 2016 (AFP) - La 1re journée du Tournoi des six nations disputée samedi et dimanche en bref:

LES CHIFFRES

9.

Comme le nombre de matches d'affilée sans victoire du XV d'Écosse face à l'"Auld Enemy" anglais. Le XV du Chardon, qui n'abdique pas dans sa volonté de jouer, a encore manqué de réalisme samedi. Avec un calendrier compliqué à venir (déplacements à Cardiff, Rome et Dublin), les hommes de Vern Cotter devront sans doute faire preuve de davantage de réalisme pour ne pas voir la Cuillère de bois leur échoir.

198. Comme le nombre de passes effectuées par les Gallois dimanche contre l'Irlande, lors d'une partie menée sur un rythme décoiffant. Les Gallois ont balayé toutes les zones du terrain pour essayer de faire définitivement plier les Irlandais en seconde période, sans succès. Ils ont aussi dû s'accrocher en défense à l'image des 21 plaquages réalisés par le centre Jamie Roberts et le 3e ligne Taulupe Faletau.

2. Comme le nombre de points d'écart entre la France et l'Italie samedi. C'est le plus petit avantage enregistré par les "Bleus" face aux "Azzurri" sur leurs terres dans le Tournoi des six nations. Et les hommes de Guy Novès ne sont pas passés loin d'une défaite inédite si ce n'était ce drop manqué par Sergio Parisse à la fin du match.

LES HOMMES

Billy Vunipola. Le massif 3e ligne centre (1,88 m, 126 kg) de l'Angleterre a logiquement été distingué comme homme du match face à l'Écosse pour sa participation active à la victoire des siens (15-9). Le joueur des Saracens a ainsi impulsé le premier essai par un départ au ras de la mêlée conclu par George Kruis. Il a ensuite été sur tous les fronts, répliquant ensuite à certaines critiques qu'il essuie Outre-Manche. "Il fait plutôt du bon boulot pour un N.8 réputé lent", a ainsi souri le sélectionneur Eddie Jones. "Il peut devenir le meilleur N.8 du monde, ça ne fait aucun doute".

Virimi Vakatawa. L'électrique ailier du XV de France (23 ans) a fait sensation pour sa première sélection. Loin d'être inhibé par l'enjeu, il s'est démené en attaque en inscrivant un essai mais aussi en défense, avec une belle présence dans les zones d'affrontement. Son sens de l'initiative a été apprécié et il s'est rapidement mis le public parisien dans la poche en emportant plusieurs de ses adversaires à chacune de ses charges.

Rhys Priestland. L'ouvreur remplaçant du pays de Galles est vite et bien rentré dans son match après avoir suppléé la vedette Dan Biggar, sorti dès la 22e minute face à l'Irlande. Auteur d'un 4/4 (11 pts) au pied, il a été propre dans l'animation au coeur d'une partie de haut vol. Seuls deux drops manqués, dont celui de la gagne à la 78e minute, ternissent le tableau.

LES DÉCLARATIONS

"Quand on est descendu du bus, les supporters écossais étaient en transe. Au milieu, il y avait ce petit garçon anglais avec son bonnet et pendant cinq minutes il n'a cessé de crier Allez l'Angleterre . Sa voix était recouverte mais il ne s'est pas découragé, un peu comme notre équipe aujourd'hui." Eddie Jones, sélectionneur de l'Angleterre.

"C'est comme si j'avais embrassé ma soeur". Comprenne qui pourra Warren Gatland, le sélectionneur du pays de Galles, après le match nul contre l'Irlande.

jmt/mca

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!