15.03.2015 à 18:23

rugbyTournoi - Le XV de France ravivé mais pas rasséréné en Italie (COMPTE RENDU)

Rome, 15 mars 2015 (AFP) - Le XV de France a repris quelques couleurs en s'adjugeant un net succès en Italie (29-0) dont l'ampleur masque toutefois encore nombre d'imprécisions et d'hésitations dans son jeu, dimanche en clôture de la 4e journée du Tournoi.

Flottait une odeur de scenario catastrophe au Stadio Olimpico dimanche après-midi et force est de reconnaître qu'en se retroussant les manches, le XV de France s'en est finalement bien tiré. Les regards seront désormais braqués vers Twickenham où les Français seront attendus samedi prochain le couteau entre les dents par des Anglais encore en position de remporter le Tournoi. L'opposition du XV de la Rose sera en tout cas toute autre que celle proposée par des Italiens bien décevants, incapables d'instiller efficacement le doute à des Français dont ils s'étaient offert le scalp en 2011 (22-21) et 2013 (23-18) dans la Ville éternelle. Les Azzurri peinent à enchaîner les succès, une semaine après avoir renversé l'Ecosse (22-19) à Murrayfield. Ils sont apparus indisciplinés, peu inspirés en attaque et dépassés sur leur point fort, la conquête. Les Bleus ont viré en tête 9 à 0 grâce à deux pénalités de Camille Lopez et une autre de Scott Spedding, le second ayant été aussi excellent que le premier bien fébrile. Le XV de France ne devait alors son salut qu'à l'indigence extrême de son adversaire, incapable de capitaliser sur une écrasante domination tant dans la possession de balle que dans l'occupation. Au retour des vestiaires, les Français ont proposé un bien meilleur visage et ont logiquement été récompensés d'un essai par Yoann Maestri (46e) à la suite d'une magnifique relance de Scott Spedding (19-0). Mais l'on retiendra aussi le déchet technique dans le jeu courant dont le XV de France n'arrive décidément pas à se débarrasser. Sans cela, ils auraient pu gonfler le score et ne pas attendre la 80e minute et une charge de Mathieu Bastareaud pour aplatir une deuxième fois dans l'en-but italien. Et c'est en voyant s'étreindre les Français que l'on mesurait aussi l'immense soulagement d'avoir raflé un match à haut risque. jmt/adc

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!