11.03.2013 à 14:18

VaticanTout Rome parie sur un conclave court

Pour la plupart des observateurs, le conclave qui va élire dès mardi le prochain pape ne devrait pas excéder 4 jours, à l'image de ce qui s'est produit pour les précédentes élections.

1 / 66
Jorge Mario Bergogli, dit aussi François Ier, a été béni par la foule.

Jorge Mario Bergogli, dit aussi François Ier, a été béni par la foule.

Reuters
Jorge Mario Bergoglio devient le pape François Ier

Jorge Mario Bergoglio devient le pape François Ier

Reuters
Le nouveau pape est Argentin.

Le nouveau pape est Argentin.

Reuters

Le conclave qui s’ouvre mardi pour désigner le successeur de Benoît XVI devrait être court et, en tout cas, ne pas excéder quatre jours, dans la lignée de l’histoire récente.

Sauf surprise, la fumée blanche devrait apparaître sur le toit de la Chapelle Sixtine entre deux et quatre jours après le début du conclave, a prédit le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, devant quelque 5.000 membres des médias accrédités.

A Rome, ville dont le pape est aussi l’évêque, les prévisions oscillent entre mercredi et jeudi, pour les plus prudents, soit une durée équivalente à celle qui, en 2005, avait permis l’élection de Benoît XVI, après quatre tours de scrutins.

Après la démission historique de Joseph Ratzinger, le consensus pour fixer la date de début du conclave mardi a été obtenu "à une très forte majorité" des cardinaux, a précisé le père Lombardi ce qui, pour certains vaticanistes, plaide en faveur d’une élection rapide.

Montrer qu'il n'y a pas de division

Autre argument, selon le père Lombardi, un conclave trop long donnerait l’impression que les cardinaux sont divisés, et fragiliserait une Eglise déjà confrontée à de nombreux défis, notamment les tensions au sommet de son "gouvernement", la Curie romaine.

Les 115 cardinaux électeurs (âgés de moins de 80 ans) ont achevé lundi les "congrégations générales" qui leur ont permis de mieux se connaître. 69 d’entre eux n’avaient jamais participé à un conclave.

A partir de mardi, enfermés à clé dans la Chapelle Sixtine, selon la tradition, ils procèderont à quatre votes par jour: deux le matin et deux l’après-midi. Depuis 1903, aucun conclave n’a duré plus de cinq jours: il a fallu quatre scrutins pour élire Benoît XVI, trois pour Pie XII, en 1939, onze pour Jean XXIII (trois jours en 1958), six pour Paul VI (1963).

48 heures pour Jean-Paul II

L’élection de Pie XI, en 1922, fut la plus longue du siècle en cinq jours et quatorze tours de scrutin. Mais celle de Jean-Paul II, qualifiée de très ouverte, n’avait été obtenue qu’en 48 heures et seulement 8 tours de scrutin le 16 octobre 1978. Son prédécesseur Jean Paul Ier, qui n’a régné que trente-trois jours, avait été élu en 24 heures avec quatre tours.

Pie X, le premier pape du XXe siècle, a été élu en quatre jours, le 4 août 1903. Mais le conclave, ouvert le 1er août, avait été marqué par le veto de l’empereur d’Autriche François Joseph à l’élection du cardinal Rampolla, ancien secrétaire d’Etat du pape Léon XIII.

Une des premières décisions de Pie X a été d’abolir la pratique du droit d’exclusive (veto) par la constitution apostolique "Commissum nobis". Au cours des 2000 ans de l’histoire de l’Eglise, la vacance pontificale la plus longue a été de 3 ans 7 mois et 1 jour (du 26 octobre 304 au 27 mai 308), entre Marcellin et Marcel 1er.

Une tradition du 13e siècle

Et c’est aux habitants de Viterbe (centre de l’Italie) que l’on doit en 1274 l’invention du conclave, alors que leurs délibérations duraient depuis près de trois ans... Mis au pain sec et à l’eau sous clef (cum clave), en fait murés dans le palais pontifical, les 17 prélats désignèrent rapidement un successeur à Clément IV.

L’élu, Grégoire X, érigea cette pratique d’enfermement en règle. Depuis, il y a eu 53 réformes. Un pape doit être élu à la majorité des deux-tiers, une règle édictée par Alexandre III en 1180. Le même pape a institué le Sacré collège des cardinaux, dont le nombre a évolué entre dix et vingt pendant plus de trois siècles. En 1585, Sixte Quint porte ce chiffre à 70, en souvenir des 70 vieillards qui assistaient Moïse.

Au début des années 70, Paul VI a fixé à 120 le nombre maximum de cardinaux-électeurs, dont l’âge ne peut dépasser les 80 ans.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!