Neuchâtel: Tout un immeuble soutient la jeune femme agressée à l’acide
Publié

NeuchâtelTout un immeuble soutient la jeune femme agressée à l’acide

La victime a-t-elle été agressée dans le parking de son immeuble par son ancien petit copain? C’est le sentiment des voisins, mais l’enquête n’est pas si simple.

par
Vincent Donzé
La victime de 24 ans s’était inscrite à un concours de beauté.

La victime de 24 ans s’était inscrite à un concours de beauté.

Facebook

Elle est assistante en soins à domicile et dans son immeuble à Neuchâtel, tous les locataires l’adorent. «C’est une très belle personne», dit une voisine. Au propre comme au figuré. «Une fille adorable, très mignonne», insiste cette locataire. Mais jeudi matin, à l’heure de prendre sa voiture pour aller travailler, un homme l’a agressée avec de l’acide. La victime réside dans un studio, au rez supérieur. Malgré l’intervention rapide d’un voisin de palier, elle a été transférée au CHUV de Lausanne, dévastée, en souffrance sur son lit d’hôpital.

«Ça fait peur, on est tous choqués», lâche une voisine qui n’a rien entendu de suspect avant l’appel d’urgence adressé à 7 h 53 au 144. L’agresseur était encagoulé. «Il était planqué dans le garage souterrain en l’attendant», rapporte une locataire de l’immeuble de la rue de l’Evole 53. Qui était-il? «Il ne vivait pas avec elle et on ne le voyait pas dans l’immeuble», dit une voisine.

Alarmé par les appels aux secours de sa voisine de palier, un locataire qui n’a pas de voiture lui a porté secours: «Ce voisin a eu le réflexe de doucher abondamment à l’eau la victime en attendant les secours», a rapporté la police cantonale neuchâteloise. «C’est quelqu’un de très serviable. On a d’abord cru qu’il était arrivé un drame dans son couple…», glisse une locataire.

Commentaire d’un lecteur: «Il ne faut surtout pas mettre directement de l’eau sur une brûlure à l’acide. Il faut d’abord essuyer le maximum d’acide avec un papier avant de rincer à l’eau à cause d’une réaction exothermique» qui provoque un dégagement de chaleur.

Trois heures après l’agression, un jeune homme de 19 ans a été interpellé dans le quartier de la Maladière, grâce à un important dispositif. Son placement en détention n’en fait pas le coupable. «À ce stade, il est soupçonné d’être lié à l’agression», dit une source proche de l’enquête.

La police a lancé un appel très important à «toute personne ayant vu le jeudi 11 février entre 6 h 30 et 8 heures un jeune homme d’environ 170 cm, de corpulence athlétique, ayant un comportement atypique dans le secteur compris entre la rue de l’Evole et l’esplanade du Mont-Blanc, et portant un masque noir ou une cagoule».

Votre opinion