Tout un quartier se bat contre une carrière

Publié

BienneTout un quartier se bat contre une carrière

En raison du passage des camions, une association de citoyens s’oppose à l’extension d’une gravière prévue par un cimentier.

par
Vincent Donzé
La traversée de la route n’est pas aisée à Bienne au chemin Bartomolé.

La traversée de la route n’est pas aisée à Bienne au chemin Bartomolé.

lematin.ch/Vincent Donzé

Par centaines, des camions traversent quotidiennement le quartier de Mâche, à Bienne, une carrière étant exploitée à Safnern par un cimentier de Péry-La Heutte. Au grand dam des riverains excédés, les autorités cantonales ont validé une extension de cette gravière. Leur espoir réside dans une opposition formulée par les autorités biennoises, selon qui les normes environnementales sont dépassées.

Le problème pour les parents, c’est que pour livrer du gravier sur des chantiers, les camions défilent devant deux écoles, celle du Geyisried et celle du Sahligut. Dans un quartier résidentiel de 10’000 habitants, un concierge a compté un camion par minute pour un total de 400 véhicules lourds par jour, dont une centaine de bus.

Zone de sacrifices

Au sortir de la carrière du Büttenberg sise à Safnern, c’est le combat du pot de terre contre le pot de fer. «Dans un quartier périphérique, nous sommes marginalisés», indiquait un opposant au matin.ch l’hiver dernier déjà. Sébastien Boillat voyait son quartier comme «une zone de sacrifices».

«Les normes admissibles étant déjà dépassées, tant qu’à faire, on les dépasse allégrement», accusait le président de la Guilde du quartier. Mais la cimenterie responsable du trafic remplit un mandat d’utilité publique, celui d’approvisionner les chantiers de la région avec sa gravière, depuis un demi-siècle.

Les écoliers de deux écoles doivent régulièrement traverser la route.

Les écoliers de deux écoles doivent régulièrement traverser la route.

lematin.ch/Vincent Donzé

Au bénéfice d’une concession pour 30 ans, le cimentier Vigier souhaite agrandir sa carrière, mais le 29 novembre dernier, avec le soutien des autorités biennoises, les habitants du quartier de Mâche ont fondé une association pour dénoncer le bruit et le danger généré par le trafic.

«La route empruntée par les camions n’est pas idéale», a souligné la conseillère municipale biennoise Lena Frank, directrice des Travaux publics, de l’énergie et de l’environnement. «Les facteurs liés aux dérangements sonores ne sont pas supportables pour les habitants du quartier», a indiqué cette élue au «Journal du Jura».

Selon le «JdJ», la bronca s’exprime à travers des banderoles clamant «Non aux camions». En attendant la réponse des autorités bernoises, l’entreprise Vigier reste persuadée que son projet «ne pose aucun problème au niveau environnemental».

Ton opinion

7 commentaires