Automobile - Toyota doit réduire sa production de 40% à cause d’une pénurie de pièces
Publié

AutomobileToyota doit réduire sa production de 40% à cause d’une pénurie de pièces

Alors que 900’000 véhicules étaient prévus pour septembre, le géant nippon de l’automobile produira 360’000 véhicules en moins par rapport à cet objectif initial.

Toyota a récupéré plus rapidement de l’impact du Covid-19 que nombre de ses concurrents dans le monde. Il a aussi su plutôt bien gérer jusqu’ici la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui perturbe l’industrie automobile depuis des mois, grâce notamment à sa profonde connaissance de ses chaînes d’approvisionnement.

Toyota a récupéré plus rapidement de l’impact du Covid-19 que nombre de ses concurrents dans le monde. Il a aussi su plutôt bien gérer jusqu’ici la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui perturbe l’industrie automobile depuis des mois, grâce notamment à sa profonde connaissance de ses chaînes d’approvisionnement.

AFP

Le géant de l’automobile Toyota s’apprête à réduire sa production mondiale en septembre de 40% par rapport à ce qu’il avait prévu en raison d’une pénurie de pièces, a déclaré le constructeur à l’AFP, confirmant des informations parues dans la presse nippone jeudi.

Le mois dernier, Toyota, premier constructeur mondial en volume en 2020, avait annoncé tabler sur la production mondiale de quelque 900’000 véhicules en septembre, mais se retrouve contraint de réduire son objectif de 40%, a précisé une porte-parole de l’entreprise. Sur les 360’000 véhicules produits en moins par rapport à l’objectif initial, 140’000 devaient l’être au Japon, 80’000 aux États-Unis, 80’000 en Chine et 40’000 en Europe, a-t-elle ajouté.

Rapide récupération de l’impact du Covid-19

Toyota a récupéré plus rapidement de l’impact du Covid-19 que nombre de ses concurrents dans le monde. Il a aussi su plutôt bien gérer jusqu’ici la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui perturbe l’industrie automobile depuis des mois, grâce notamment à sa profonde connaissance de ses chaînes d’approvisionnement.

Le géant japonais a publié début août des résultats en très forte augmentation sur un an pour son premier trimestre 2021/2022 démarré le 1er avril, mais n’a pas relevé ses prévisions annuelles pour autant. «La situation est toujours imprévisible en raison de l’expansion du Covid-19 dans les pays émergents, la pénurie de semi-conducteurs et la flambée des prix des matières premières», avait alors prévenu le groupe.

(AFP)

Votre opinion

5 commentaires