Japon: Toyota donne le coup d’envoi de sa ville du futur
Publié

JaponToyota donne le coup d’envoi de sa ville du futur

Toyota a entamé mardi son programme pour développer une ville entièrement connectée au pied du Mont Fuji. Baptisé Woven City, ville tissée en français, ce quartier expérimental a pour but de devenir un laboratoire géant pour les technologies du futur comme la conduite automatisée, la robotique ou l’intelligence artificielle.

Le quartier expérimental s’étendra au pied du célèbre Mont Fuji. 

Le quartier expérimental s’étendra au pied du célèbre Mont Fuji.

Facebook Woven City

Si le Japon est connu pour être le pays des cerisiers en fleur, il est également celui des nouvelles technologies. Au pied du Mont Fuji, une ville entière sera dédiée à l’innovation. «Woven City» permettra aux chercheurs de tester leurs produits, dans la vraie vie, auprès de 360 habitants tout d’abord, puis 2000 quand le quartier s’agrandira, a indiqué le géant japonais de l’automobile. Inventeurs et employés du groupe seront les cobayes de ce programme.

Les responsables de Toyota ont organisé une cérémonie d’inauguration sur le terrain de 175 hectares, destiné à accueillir la ville, à l’endroit même où se trouvait autrefois une usine Toyota qui a fermé ses portes l’année dernière. «Le projet Woven City démarre officiellement aujourd’hui», a déclaré le président de Toyota, Akio Toyoda, dans un communiqué.

Un «laboratoire vivant»

La naissance de cette ville intelligente s’insère dans la stratégie de développement du constructeur nippon des nouvelles technologies, alors que l’évolution des réglementations et des goûts des consommateurs continue à pousser l’industrie automobile mondiale vers plus de respect de l’environnement, d’efficacité et d’automatisation. Toyota avait dévoilé son projet de «laboratoire vivant» en janvier 2020, au salon CES de Las Vegas, appelant les investisseurs du monde entier à y collaborer.

Les projets de villes connectées se multiplient dans le monde, notamment en Amérique du Nord et en Chine, avec les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) d’un côté et le gouvernement chinois de l’autre, de concert avec les géants locaux Huawei, Tencent ou Alibaba. Ces projets profitent de l’accélération des déploiements de la nouvelle technologie mobile 5G, qui doit permettre un débit bien supérieur à la 4G avec un temps de latence (le temps de réponse) réduit au minimum.

hih/clp/esp

(AFP)

Votre opinion