29.11.2015 à 09:12

FuturToyota mise sur l’hydrogène en commercialisant la Mirai

La japonaise ne viendra pas en Suisse de sitôt, faute de station-service où faire le plein d’hydrogène. Pourtant, cette solution pourrait bien être celle de l’avenir.

par
Gil Egger
1 / 5
La silhouette anguleuse et hors normes cache un aérodynamisme très poussé, avec un fond entièrement caréné, rendu possible parce qu'il n'y a pas d'émission de chaleur, seulement de l'eau.

La silhouette anguleuse et hors normes cache un aérodynamisme très poussé, avec un fond entièrement caréné, rendu possible parce qu'il n'y a pas d'émission de chaleur, seulement de l'eau.

www.sebastienmauroy.com
Le coffre est suffisant, mais pas extensible, contrairement aux concurrentes «normales».

Le coffre est suffisant, mais pas extensible, contrairement aux concurrentes «normales».

DR
Seulement quatre places: une configuration qui peut dissuader des acquéreurs.

Seulement quatre places: une configuration qui peut dissuader des acquéreurs.

DR

Lundi commence la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21). Et si l’hydrogène pouvait participer à la limitation à 2 degrés de la hausse des températures? Toyota a présenté sa Mirai comme une «vraie» voiture, entendez une de celles que l’on peut acheter. Ce ne sera pas le cas n’importe où. Et en particulier pas en Suisse où il faudra faire une commande spéciale, car il n’existe aucun réseau de distribution. Du côté de Hambourg, il en va tout autrement. La ville a décidé de se débarrasser autant que possible des énergies fossiles. Sur le flanc des bus assurant les transports publics figure un énorme «H2», symbole de l’hydrogène. Si une collectivité publique suisse le voulait, une flotte de véhicules à hydrogène pourrait lui être livrée: la Toyota, mais aussi la FX Clarity de Honda ou la ix35 FuelCell de Hyundai, déjà présente dans le pays.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!