05.05.2020 à 11:25

Traces d'activité tectonique sur la Lune

Géologie

Des chercheurs bernois et américains ont observé sur la face visible de la Lune des crêtes de montagnes dégageant beaucoup de chaleur.

Des chercheurs bernois et américains ont mis en évidence des traces d'activité tectonique qui seraient la conséquence d'un gigantesque impact survenu il y a 4,3 milliards d'années.

Des chercheurs bernois et américains ont mis en évidence des traces d'activité tectonique qui seraient la conséquence d'un gigantesque impact survenu il y a 4,3 milliards d'années.

Keystone

La Lune n'est pas un astre mort comme on pourrait le supposer. Des chercheurs bernois et américains ont mis en évidence des traces d'activité tectonique récente qui seraient la conséquence d'un gigantesque impact survenu il y a 4,3 milliards d'années.

Doctorant à l'Université de Berne, Adomas Valantinas a réalisé ces travaux lors d'un séjour à la Brown University (USA), utilisant notamment les données de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de la NASA.

Le chercheur a observé sur la face visible de la Lune des crêtes de montagnes présentant des portions de roches basaltiques fraichement mises à nu. Ces zones rocheuses restituent davantage de chaleur durant la nuit lunaire que la surface poussiéreuse environnante, si bien qu'elles peuvent être détectées par l'instrument Diviner à bord de la sonde LRO qui mesure la température à la surface de la Lune.

Les relevés nocturnes de Diviner ont mis en évidence plus de 500 taches de ce type. Avec Peter Schultz, de la Brown University, Adomas Valantinas a cartographié ces crêtes montagneuses et trouvé une corrélation presque parfaite avec de vieilles fissures de la croûte lunaire découvertes par la mission GRAIL de la NASA en 2014.

Canaux de magma

Ces fissures sont devenues des canaux dans lesquels a coulé du magma qui a formé de profondes gorges. Dans leur étude publiée dans la revue Geology, les chercheurs suggèrent que les crêtes montagneuses surplombant ces gorges sont toujours animées d'un mouvement ascendant, ce qui explique les roches récemment mises à nu.

Selon eux, il est possible que le phénomène soit encore en cours, car sur la Lune, tout est rapidement recouvert d'une poussière appelée régolithe résultant des impacts de météorites. Selon le Pr Schultz, cité mardi dans un communiqué de l'Université de Berne, ces mouvements seraient la conséquence d'un gigantesque impact sur la face cachée de la Lune il y a 4,3 milliards d'années.

«Lorsque nous retournerons sur la Lune, ces endroits avec des blocs de rocher à nu seront d'une grande importance, des échantillons pourront nous livrer une foule de nouvelles informations», conclut Adomas Valantinas.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!