Energie: TransCanada dépose une demande de construction
Publié

EnergieTransCanada dépose une demande de construction

La compagnie canadienne, soutenue par Donald Trump, a demandé au gouvernement américain d'autoriser la construction de l'oléoduc controversé Keystone XL.

La construction du giga-oléoduc de 1900 km de long entre le Canada et le golfe du Mexique avait été bloquée par Barack Obama depuis sept ans. La position favorable de DOnald Trump encourage le constructeur à déposer une nouvelle demande auprès des autorités américaines. (Image d'illustration - 26 janvier 2017 - du matériel de construction sur un site de Transcanada).

La construction du giga-oléoduc de 1900 km de long entre le Canada et le golfe du Mexique avait été bloquée par Barack Obama depuis sept ans. La position favorable de DOnald Trump encourage le constructeur à déposer une nouvelle demande auprès des autorités américaines. (Image d'illustration - 26 janvier 2017 - du matériel de construction sur un site de Transcanada).

Reuters

L'opérateur canadien d'oléoducs TransCanada a annoncé jeudi le dépôt auprès du gouvernement américain d'une demande de permis pour lancer la construction du projet controversé Keystone XL, devant acheminer du pétrole canadien vers les raffineries du golfe du Mexique.

Long de 1900 kilomètres, dont 1400 aux États-Unis, la construction de cet oléoduc avait été bloquée par le président sortant Barack Obama. Mardi, son successeur Donald Trump a signé un décret relançant ce projet qui, selon TransCanada, va contribuer pour 3,4 milliards de dollars au Produit intérieur brut des Etats-Unis.

L'entreprise établie à Calgary, dans l'Ouest canadien, a indiqué dans un communiqué avoir déposé «une demande de permis présidentiel au département d'Etat des Etats-Unis pour l'approbation de l'oléoduc Keystone XL».

Sept ans

Sept ans après la première demande, Barack Obama avait refusé en novembre 2015 d'émettre un permis présidentiel, nécessaire au démarrage des travaux, en citant une étude menée par le département d'État, selon qui ce projet «n'était pas dans l'intérêt national des Etats-Unis».

«L'oléoduc ne ferait pas baisser le prix du carburant pour les consommateurs américains», avait noté l'ex-président américain, soulignant que «transporter du pétrole brut plus sale jusque dans notre pays ne renforce pas la sécurité énergétique des Etats-Unis».

TransCanada avait répliqué en janvier 2016 en réclamant devant la justice des dommages et intérêts de 15 milliards de dollars américains.

(AFP)

Votre opinion