Football: Transfert de Hulk: deux Suédois condamnés
Publié

FootballTransfert de Hulk: deux Suédois condamnés

Les escrocs avaient envoyé une facture de plus de 370.000 euros au club Shanghai SIPG, prétextant des frais d'avocat.

L'auteur principal de l'escroquerie avait réussi à pirater la messagerie électronique du club à l'époque du transfert. (Vendredi 12 mai 2017)

L'auteur principal de l'escroquerie avait réussi à pirater la messagerie électronique du club à l'époque du transfert. (Vendredi 12 mai 2017)

AFP

Deux Suédois ont été condamnés vendredi à de la prison ferme pour avoir escroqué le club de football chinois Shanghai SIPG à l'occasion du transfert du Brésilien Hulk, lui faisant verser plus de 370.000 euros.

Système de virements multiples

L'auteur principal de l'escroquerie, Hussein Barjawi, 33 ans, condamné à 3 ans d'emprisonnement, avait réussi à pirater la messagerie électronique du club à l'époque de ce transfert de l'attaquant international depuis le Zenit Saint-Pétersbourg, à l'été 2016. Il s'était alors fait passer pour un avocat brésilien censé avoir servi d'intermédiaire, et avait envoyé une facture de 371.420 euros à verser sur un compte bancaire en Suède, celui d'une entreprise de Malmö (sud) qui lui appartenait.

Malgré un système ingénieux de virements multiples à des intermédiaires pour blanchir le produit de cette escroquerie, le condamné n'a jamais pu retirer cette somme, sa banque la bloquant en raison de soupçons sur son origine.

Plusieurs prévenus

Sa complice dans les opérations de blanchiment, Silvija Jansson, 38 ans, a été condamnée à un an et demi de prison. Trois autres prévenus ayant joué un rôle mineur ont écopé d'amendes.

«L'ensemble des personnes impliquées niaient les faits et affirmaient qu'un autre prévenu qu'eux ou des personnes inconnues les avaient commis», a indiqué le tribunal de Malmö dans un communiqué.

Cette escroquerie n'était pas la seule visée lors de ce procès, car il portait également sur des fraudes ayant permis au condamné d'obtenir quelque 72.000 euros de prêts qu'il n'avait pas les moyens de rembourser. D'après le journal Expressen, ils ont servi entre autres à acheter une voiture de luxe qui a été expédiée au Liban.

(AFP)

Votre opinion