26.09.2015 à 06:39

PétroleTransocean nie toute irrégularité avec Petrobras

Transocean est l'une des nombreuses entreprises citées dans le cadre de l'enquête sur ce scandale de pots-de-vin qui a entaché Petrobras entre 2004 et 2014.

Les manifestations n'épargnent pas le siège de Petrobras à Rio de Janeiro, alors que le pays est soumis à une récession.

Les manifestations n'épargnent pas le siège de Petrobras à Rio de Janeiro, alors que le pays est soumis à une récession.

Keystone

Transocean, l'opérateur américain de plates-formes pétrolières basé en Zoug, a nié vendredi avoir versé des pots-de-vin pour remporter un contrat avec le géant pétrolier brésilien Petrobras. Un témoignage l'implique dans le plus vaste scandale de corruption du Brésil.

«Transocean n'a identifié aucun délit de la part de ses employés ou de ses agents en charge des affaires de la compagnie», affirme l'entreprise dans un communiqué.

Un ancien directeur de Petrobras, Eduardo Musa, a déclaré récemment à la justice brésilienne que le groupe américain avait versé des dessous de table pour obtenir un contrat en 2007, pour opérer la sonde Petrobras 10'000, alors qu'elle était en lice avec trois autres entreprises intéressées, d'après le rapport d'un juge publié sur le site web de la justice de Curitiba (sud), en charge du dossier.

Deux milliards

M. Musa, qui a signé un accord avec la justice pour réduire sa peine en l'échange d'informations privilégiées, a précisé que Transocean présentait les meilleures conditions techniques et économiques pour remporter l'appel d'offres et qu'il n'y avait pas besoin de verser ces pots-de-vin, payés en deux fois à partir de 2012.

«Transocean enquête sur ces accusations (...) et poursuivra ses efforts pour être sûr que personne n'a enfreint ou n'enfreindra la politique de l'entreprise ou la loi», ajoute l'opérateur de plates-formes pétrolières.

Transocean est l'une des nombreuses entreprises citées dans le cadre de l'enquête sur ce scandale qui a montré que des entreprises se répartissaient, de 2004 à 2014, les marchés de la compagnie pétrolière en payant à tour de rôle des pots-de-vin à certains de ses directeurs en échange de contrats, eux-mêmes surfacturés de 1 à 3%. Petrobras a ainsi perdu plus de deux milliards de dollars.

Une partie de ces commissions était reversée à des personnalités politiques, en majorité des parlementaires de la coalition de centre-gauche au pouvoir.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!