Publié

PétroleTransocean sommé de cesser ses activités de forage au Brésil

La cour fédérale de Rio de Janeiro a émis jeudi une injonction à l'encontre de Transocean, obligeant le groupe à cesser ses opérations au Brésil d'ici 30 jours, a précisé la société de Zoug.

Un e plate-forme de la société Transocean.

Un e plate-forme de la société Transocean.

ARCHIVES, Keystone

Transocean a été sommé par la justice brésilienne de cesser ses activités dans le pays sous un délai de 30 jours.

Le spécialiste américain de forage pétrolier en haute mer, coté à la Bourse suisse, compte se défendre «vigoureusement» contre cette décision.

La cour fédérale de Rio de Janeiro a émis jeudi une injonction à l'encontre de Transocean, obligeant le groupe à cesser ses opérations au Brésil d'ici 30 jours, a précisé la société de Zoug dans un communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi.

Transocean a indiqué qu'il allait se défendre «vigoureusement» contre cette décision de justice, notamment avec un appel auprès de la cour supérieure de justice. Mais l'entreprise a averti qu'en cas d'échec, elle sera obligé de se plier à la décision du tribunal de Rio de Janeiro.

Un dixième du chiffre d'affaires

Transocean compte dix plateformes de forages sous contrat au Brésil. L'activité dans ce pays représentait au premier semestre environ 11% de son chiffre d'affaires, qui s'élevait pour la période et pour l'ensemble du groupe à 4,9 milliards de dollars (4,6 milliards de francs au cours actuel).

A la Bourse suisse, les investisseurs ont mal accueilli l'annonce. L'action Transocean, qui figure parmi les valeurs du Swiss Market Index (SMI), perdait ainsi quelque 3% vendredi en milieu d'après-midi, dans un marché lui-même en baisse.

Selon les analystes de Vontobel, Transocean risque de voir son chiffre d'affaires baisser de 11% en raison de cette injonction. L'entreprise risque également de devoir assumer des coûts élevés pour le transfert des plateformes.

Amende pour Chevron

Une importante fuite d'environ 3000 barils de brut au large des côtes de Rio survenue début novembre 2011 dans le puits «Frade» exploité par le groupe américain Chevron est à l'origine de cette affaire, ont rappelé les analystes de la Banque cantonale de Zurich.

Chevron, selon une décision communiquée dans la nuit de jeudi à vendredi par l'Agence brésilienne du pétrole, a versé une amende de 17,5 millions de dollars à la suite cet incident.

(ats)

Ton opinion