Publié

AsileTrente-deux réfugiés tunisiens ont quitté la Suisse

Un mois après l’introduction du programme d’aide au retour de la Confédération à leur attention, trente-deux requérants d’asile tunisiens ont volontairement quitté la Suisse.

Le centre d'accueil de Chiasso, au Tessin. (Archives)

Le centre d'accueil de Chiasso, au Tessin. (Archives)

Keystone

Trente-deux requérants d’asile tunisiens ont volontairement quitté la Suisse. Au total, 44 personnes se sont inscrites au programme d’aide au retour de la Confédération, a indiqué mercredi l’Office fédéral des migrations (ODM).

Le programme se base sur un accord que la ministre de la justice Simonetta Sommaruga a conclu en juin avec la Tunisie. Il doit motiver les requérants d’asile tunisiens à retourner rapidement dans leur pays grâce à une incitation financière. Chaque adulte reçoit 1000 francs et chaque enfant 500.

Sont concernées les personnes dont la demande d’asile est en cours de traitement ou n’a pas été encore ouverte.

Cette aide au retour n’est pas destinée aux requérants déboutés ou ayant commis un délit en Suisse. Elle n’a pas de lien direct avec le «plan Maghreb» introduit il y a un an à Genève, précise Angela Zumbrunn, porte-parole de l’ODM. Le programme pilote genevois est une initiative cantonale, qui s’adresse aux délinquants maghrébins multirécidivistes.

Jusqu’à 15’000 francs

L’argent est versé à l’aéroport, avant le départ. Trois mois après leur arrivée en Tunisie, les bénéficiaires du programme d’aide au retour de la Confédération ont la possibilité de présenter à un comité des idées pour un projet concret, comme l’ouverture d’un négoce.

Ce comité est composé de représentants de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et de l’Office des Tunisiens à l’étranger. Si le projet est accepté, l’OIM leur verse l’argent en au moins deux tranches.

Les requérants dont le traitement de la demande incombe à la Suisse reçoivent 4000 francs. En outre, il existe la possibilité de percevoir jusqu’à 15’000 francs pour des projets collectifs.

Centres d’hébergement pleins

Les chances pour les requérants tunisiens d’obtenir l’asile en Suisse sont très faibles, comme le montrent les chiffres de l’ODM. Sur 1275 demandes déposées au premier semestre 2012, seules trois personnes ont obtenu l’asile.

Le programme doit aussi remédier au manque de places dans les centres d’hébergement en Suisse. Actuellement, les cinq centres fédéraux son pleins, de même que les structures temporaires d’Eigenthal (LU) et Tschorren (BE).

La Confédération soutient aussi financièrement le retour volontaire dans d’autres pays. L’an dernier, elle a accordé une telle aide à 2771 personnes.

(ats)

Votre opinion