Publié

«Merci pour ce moment»Trierweiler va empocher plus d'un million d'euros

Le best-seller de Valérie Trierweiler, dans lequel l'ex-compagne du président François Hollande étrille le chef de l'Etat français, devrait lui rapporter entre 1,3 et 1,7 million d'euros.

1 / 25
La version anglaise est déjà un succès: 10 000 exemplaires ont été commandés via Internet.

La version anglaise est déjà un succès: 10 000 exemplaires ont été commandés via Internet.

DR, AFP
La version espagnole.

La version espagnole.

DR, AFP
L'édition française, sortie début septembre, s'est vendu à quelque 600 000 exemplaires.

L'édition française, sortie début septembre, s'est vendu à quelque 600 000 exemplaires.

AFP

«Merci pour ce moment», dans lequel Valérie Trierweiler revient sur sa relation avec François Hollande et sa vie à l'Élysée, s'était classé parmi les meilleures ventes après sa parution en septembre en France.

Interrogé mercredi 19 novembre par la radio Europe 1 sur les montants évoqués dans la presse, allant de 1,3 à 1,7 million d'euros pour les ventes en France, son éditeur Laurent Beccaria, directeur des Arènes, a répondu: «C'est autour de ces sommes, avant impôt.»

L'éditeur avoue par ailleurs avoir reçu un «choc» en lisant le passage du livre dans lequel Valérie Trierweiler affirme que François Hollande parle des pauvres comme des «sans-dents».

«Je ne pensais pas qu'il y avait une telle dissociation entre les convictions et ce qu'on pense en privé. J'ai demandé à Valérie Trierweiler plusieurs fois si elle était sûre. Elle a dit oui (...). Je pense que c'est au premier degré. Il n'a pas démenti, c'est à plusieurs reprises, pas une seule fois», a-t-il déclaré.

Un devoir de vérité

L'éditeur a assuré n'avoir «expurgé aucun passage du livre. J'ai suggéré des coupes ou de développer les passages sur les choses vues à l'Elysée, l'analyse psychologique de François Hollande. Je n'ai pas demandé d'adoucir quoi que ce soit».

Valérie Trieweiler «va bien», a-t-il conclu. «Comme quelqu'un qui est allé au bout de son devoir de vérité, c'est ça qu'elle ressentait. La victime de départ, c'est elle: aucune femme n'a été autant humiliée publiquement, répudiée par communiqué».

Le brûlot de Valérie Trierweiler rapporte par le menu la fin de leur couple et dresse un portrait peu flatteur du président dans les coulisses du palais de l'Elysée, un déballage jamais vu concernant un chef d'Etat en exercice en France.

»

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!