Festival de Cannes: Triomphe pour «Novembre», qui plonge au cœur des attentats de Paris
Publié

Festival de CannesTriomphe pour «Novembre», qui plonge au cœur des attentats de Paris

L’équipe de Cédric Jimenez a reçu une standing ovation, dimanche soir, après la projection du film consacré aux attaques du 13 novembre 2015.

Sandrine Kiberlain, Jean Dujardin (centre) et Cédric Jimenez, dimanche soir à Cannes.

Sandrine Kiberlain, Jean Dujardin (centre) et Cédric Jimenez, dimanche soir à Cannes.

AFP

Le film policier français de Cédric Jimenez sur les attentats de novembre 2015, à Paris, a fait un triomphe, dimanche soir, au Festival de Cannes, où il était projeté hors compétition. Après «Bac Nord» sur la police de Marseille et «La French», Cédric Jimenez s’inspire de nouveau de faits réels pour «Novembre», avec une nouvelle immersion chez les forces de l’ordre.

L’histoire débute le 13 novembre 2015, au siège de la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire, quand une dizaine de téléphones se mettent à sonner simultanément. Ce soir-là, en quelques heures à peine, des commandos jihadistes ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris et en banlieue, près du Stade de France, sur des terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan.

Plus de six ans après les faits, un autre long-métrage présenté à Cannes se consacre à la tragédie du 13 novembre 2015: «Revoir Paris», d’Alice Winocour, adopte, lui, le point de vue des survivants.

Le travail de la police

Dans le film de Jimenez, c’est le travail de la police qui est mis en lumière: sous les ordres d’Héloïse (Sandrine Kiberlain) et Fred (Jean Dujardin), ils entament une traque tous azimuts, en France, au Maroc, et sur Internet, pour mettre la main sur les terroristes. Cinq jours durant, les résultats espérés par la France entière se font attendre: les policiers luttent contre des accès de fatigue et de colère et accumulent les fausses pistes. Un témoignage d’une amie de la «logeuse» des islamistes va finalement s’avérer décisif.

Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l’assaut final dans l’appartement de Saint-Denis où se terrent les terroristes. À la fin de la projection dans le Grand théâtre Lumière, l’équipe du film, présente, a été très longuement applaudie, par un public debout.

En 2021, «BAC Nord», qui revenait sur des accusations de corruption dans la police marseillaise, avait été un gros succès en salles mais avait provoqué la polémique, quand un syndicat policier ainsi que des politiques de droite et d’extrême droite l’avaient «récupéré» pour justifier leurs préoccupations sécuritaires, au grand dam de Cédric Jimenez.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires