Libye: Tripoli en proie à des combats
Publié

LibyeTripoli en proie à des combats

Des affrontements ont eu lieu dans la capital libyenne après la visite des ministres français et allemand.

Ahmed Maiteek, président du conseil national lybien, avec Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault, le 16 avril 2016 à Tripoli.

Ahmed Maiteek, président du conseil national lybien, avec Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault, le 16 avril 2016 à Tripoli.

Reuters

Des combats ont éclaté samedi en début de soirée à Tripoli, quelques heures après une visite dans la capitale libyenne des ministres français et allemand des Affaires étrangères pour soutenir le gouvernement d'union nationale, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les affrontements avaient lieu dans le quartier Hay el-Andalous, dans le nord de Tripoli, et étaient toujours en cours vers 0h30 heure de Suisse. Les protagonistes étaient inconnus, ainsi que le bilan.

Les combats avaient commencé en début de soirée par une fusillade nourrie et des explosions de petite intensité pendant environ une demi-heure, selon le journaliste de l'AFP. Depuis, les bruits de fusillade et d'explosions se poursuivent de manière sporadique, et on peut entendre des sirènes d'ambulance.

Premiers combats depuis le nouveau gouvernement

Le quartier Hay el-Andalous abrite des ambassades et des résidences d'hommes politiques, dont certains membres du gouvernement d'union soutenu par les Nations unies. Il se trouve à quelques kilomètres du QG de ce gouvernement, installé dans la base navale de Tripoli.

L'AFP a contacté téléphoniquement trois hauts responsables sécuritaires qui n'ont pas répondu.

Ces combats sont les premiers dans la capitale libyenne depuis l'arrivée du gouvernement d'union dans la ville le 30 mars.

La police tente de reprendre le contrôle de Tripoli et a déployé plus d'hommes dans les rues depuis l'arrivée du gouvernement d'union, mais les milices de Tripoli sont toujours armées et installées dans la ville.

Visite surprise de Steinmeier et Ayrault

Les diplomates étrangers qui s'y sont succédé cette semaine ont proposé leur assistance pour aider la police à rétablir la sécurité.

Les chefs de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier et française Jean-Marc Ayrault ont notamment effectué samedi une visite surprise pour soutenir le gouvernement d'union, avec l'espoir qu'il contribue à mettre fin au chaos dans ce pays où croît la menace djihadiste, .

Pays riche en pétrole situé à 300 kilomètres des côtes européennes, la Libye a sombré dans le chaos après la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011 en raison des disputes entre milices armées.

Divisions

A l'été 2014, le pays s'était retrouvé avec deux "gouvernements" rivaux après la prise de Tripoli par une coalition de milices, dont certaines islamistes, jamais reconnue par la communauté internationale.

Profitant des divisions et de la faiblesse des autorités, le groupe Etat islamique (EI) s'est implanté dans la ville de Syrte, sur la côte méditerranéenne, et a renforcé son ancrage en Libye.

(AFP)

Votre opinion