12.01.2013 à 08:53

HaïtiTrois ans après le séisme, encore d'énormes défis

Il y a trois ans, un séisme dévastateur faisait 217'300 morts et quelque 2,1 millions de sans-abri. La Croix-Rouge témoigne de l'état de délabrement en Haïti. Plus de 350'000 personnes vivent aujourd'hui encore dans des camps provisoires.

1 / 37
Une année après le séisme, des milliers de personnes étaient toujours sinistrées en Haïti. Trois ans après, des progrès ont été faits, mais le pays baigne toujours dans une extrême pauvreté. (9 janvier 2013)

Une année après le séisme, des milliers de personnes étaient toujours sinistrées en Haïti. Trois ans après, des progrès ont été faits, mais le pays baigne toujours dans une extrême pauvreté. (9 janvier 2013)

Reuters
L'Union européenne a annoncé vendredi l'octroi d'une aide supplémentaire de 30,5 millions d'euros. Cette nouvelle aide place à 213 millions d'euros l'aide humanitaire fournie par l'UE à Haïti.

L'Union européenne a annoncé vendredi l'octroi d'une aide supplémentaire de 30,5 millions d'euros. Cette nouvelle aide place à 213 millions d'euros l'aide humanitaire fournie par l'UE à Haïti.

Reuters
Alexandre Claudon, représentant de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d'existence aussi éprouvantes durant trois longues années.

Alexandre Claudon, représentant de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d'existence aussi éprouvantes durant trois longues années.

Reuters

Trois ans après le séisme dévastateur en Haïti, d'énormes défis doivent encore être surmontés, a affirmé vendredi à Genève la Fédération internationale de la Croix-Rouge.

La priorité est la réinstallation dans des logements permanents.

Le séisme avait fait 217'300 morts et quelque 2,1 millions de sans-abri. Plus de 350'000 personnes vivent encore dans des camps provisoires.

Alexandre Claudon, représentant de la fédération dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d'existence aussi éprouvantes durant trois longues années.

«Certains peuvent légitimement s'étonner que tant de gens soient toujours sans toit, mais le processus de reconstruction et de relogement se heurte à de sérieux obstacles, à commencer par l'identification des propriétaires des terrains à bâtir et le paiement de loyers par des familles sans ressources», a-t-il expliqué.

Dangers multiples

«En raison des dangers multiples que comporte la vie en camp, de l'insécurité à la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, en passant par les risques sanitaires liés au choléra et à d'autres maladies infectieuses, il est primordial pour la Croix-Rouge d'aider les gens à se reloger dans des conditions plus sûres», a insisté Alexandre Claudon.

Le gouvernement haïtien a récemment identifié 115 camps supplémentaires dont l'évacuation est jugée prioritaire. Le Mouvement de la Croix-Rouge a permis jusqu'ici à environ 200'000 personnes de se réinstaller dans des lieux plus sûrs, ce qui représente plus d'un tiers du total des sinistrés relogés par l'ensemble des organismes d'assistance.

Outre des allocations de loyer, le programme de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge inclut des formations et autres formes de soutien au rétablissement des moyens de subsistance. Parallèlement, l'organisation aide les habitants de certains quartiers de la capitale Port-au-Prince à améliorer l'habitat, l'assainissement et l'éclairage.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!