Actualisé 12.01.2013 à 15:39

Catastrophe naturelleTrois ans après le séisme, Haïti se relève avec peine

Le 12 janvier 2010, un séisme d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter, frappait le pays. Depuis, le pays a des difficultés à se reconstruire. Sans compter qu'en trois ans plusieurs catastrophes ont touché l'île.

1 / 37
Une année après le séisme, des milliers de personnes étaient toujours sinistrées en Haïti. Trois ans après, des progrès ont été faits, mais le pays baigne toujours dans une extrême pauvreté. (9 janvier 2013)

Une année après le séisme, des milliers de personnes étaient toujours sinistrées en Haïti. Trois ans après, des progrès ont été faits, mais le pays baigne toujours dans une extrême pauvreté. (9 janvier 2013)

Reuters
L'Union européenne a annoncé vendredi l'octroi d'une aide supplémentaire de 30,5 millions d'euros. Cette nouvelle aide place à 213 millions d'euros l'aide humanitaire fournie par l'UE à Haïti.

L'Union européenne a annoncé vendredi l'octroi d'une aide supplémentaire de 30,5 millions d'euros. Cette nouvelle aide place à 213 millions d'euros l'aide humanitaire fournie par l'UE à Haïti.

Reuters
Alexandre Claudon, représentant de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d'existence aussi éprouvantes durant trois longues années.

Alexandre Claudon, représentant de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d'existence aussi éprouvantes durant trois longues années.

Reuters

Haïti commémore ce 12 janvier l'anniversaire du séisme qui a ravagé l'île en 2010. Le président haïtien Michel Martelly a affirmé qu'il n'était «pas satisfait» de la coopération internationale avec son pays. Selon lui, un tiers seulement de l'aide internationale a été confiée au gouvernement haïtien.

«Où est allé l'argent donné à Haïti après le séisme ?», s'est demandé le chef de l'Etat lors d'une rencontre vendredi soir avec plusieurs journalistes. «La majorité de l'aide a été dépensée par les ONG pour les urgences, mais pas pour la reconstruction d'Haïti», a déploré M. Martelly, qui souhaite revoir la coopération internationale afin d'obtenir de meilleurs résultats.

«Nous ne demandons pas de gérer toute l'aide de la coopération, mais il faut parvenir à un équilibre. Et nous disons que la meilleure chose à faire est de travailler avec le gouvernement», a souhaité M. Martelly.

Audit sur l'aide canadienne

Le gouvernement haïtien va notamment effectuer un audit de la coopération avec le Canada, qui va reconsidérer son aide à Haïti en vue d'une gestion plus efficace, a indiqué le président haïtien.

«Le gouvernement d'Haïti n'a jamais reçu une aide directe du gouvernement du Canada. Cette aide passe à travers des organisations internationales», a souligné M. Martelly qui qualifie de «justes, réels et vrais» les propos du ministre canadien de la Coopération sur le peu de résultats de cette coopération.

«Plus on envoie de l'aide à Haïti, plus on dirait que les choses n'avancent pas. Donc il y a quelque chose qui ne marche pas. Alors arrêtez d'envoyer de l'argent. Regardons les choses en face pour mettre en place un meilleur mécanisme pouvant apporter des résultats», a suggéré M. Martelly.

«Merci» à l'UE

Il a cependant salué l'aide de l'Union européenne. Il s'agit d'une «coopération constante, qui travaille directement avec le gouvernement d'Haïti, et nous disons 'merci' à l'UE», selon M. Martelly, qui assure que l'argent va à ceux qui sont dans le besoin.

De son côté, le Premier ministre Laurent Lamothe s'est dit «heureux» de l'aide du Venezuela, qui permet, selon lui, de financer plus de 90% des programmes de développement d'Haïti.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!