Tennis - Trois ans après ses larmes, Andy Murray régale toujours Melbourne
Publié

TennisTrois ans après ses larmes, Andy Murray régale toujours Melbourne

En 2019, à quelques jours de l’Open d’Australie, le Britannique avait annoncé sa probable retraite dans l’année. Mardi, il a franchi le 1er tour après une folle empoignade avec Nikoloz Basilashvili.

par
AFP/JSA
Les émotions d’Andy Murray après sa victoire sur Nikoloz Basilashvili, mardi.

Les émotions d’Andy Murray après sa victoire sur Nikoloz Basilashvili, mardi.

Getty Images

Andy Murray, 113e joueur mondial, a encore livré un combat phénoménal dont il a le secret pour venir à bout en 3h52 de la tête de série No 21 du tournoi, le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 6-1 3-6 6-4 6-7 (5/7) 6-4, mardi au 1er tour de l’Open d’Australie, où il est quintuple finaliste.

À 34 ans et avec une prothèse à la hanche, l’Écossais, bénéficiaire d’une invitation Down Under, a conclu la partie sur sa troisième balle de match, pour son retour à Melbourne après son élimination d’entrée en 2019. Au prochain tour, il affrontera le Japonais Taro Daniel (120e et issu des qualifications). Un adversaire a priori abordable.

« C’est incroyable. Ça a été tellement difficile pendant trois ans, je suis content de revenir, a déclaré «Sir Andy» à chaud. J’ai souvent joué sur ce court, l’atmosphère est folle. Et c’est là que je pensais avoir peut-être joué mon dernier match, il y a trois ans. Alors revenir ici, gagner une bataille en cinq sets comme ça… Je ne pouvais pas demander plus.»

Bénéficiant du soutien bruyant et inconditionnel du public de la John Cain Arena, Andy Murray a de nouveau su trouver, mardi, les ressources qui forgent sa légende depuis ses débuts sur le circuit en 2005. En 2019, il avait quasi fait ses adieux à Melbourne, avant le tournoi, lors d’une conférence de presse larmoyante.

L’année dernière, Andy Murray avait atteint le 3e tour à Wimbledon où il s’est imposé en 2013 et 2016 et avait déjà battu Basilashvili au 1er tour sur le gazon de Church Road, avant de livrer un combat titanesque pour écarter l’Allemand Oscar Otte, en cinq sets au 2e. À l’US Open fin août, le Britannique avait été éliminé dès le 1er tour par le Grec Stefanos Tsitsipas mais non sans l’avoir poussé au 5e set également.

La semaine dernière, l’ex-No 1 mondial avait atteint à Sydney la finale – en battant au passage déjà Basilashvili après 3h16 et trois sets – d’un tournoi ATP pour la première fois depuis son 46e et dernier titre, décroché à Anvers, en octobre 2019, mais avait perdu contre le Russe Aslan Karatsev (20e mondial).

Casper Ruud forfait

Raducanu souffre, mais passe

Votre opinion