Bangladesh: Trois cents Rohingyas affamés retrouvés en mer
Publié

BangladeshTrois cents Rohingyas affamés retrouvés en mer

Des réfugiés Rohingyas ont été retrouvés sur une embarcation à la dérive.

1 / 121
L'ONU est inquiète des conséquences possibles de l'arrivée des pluies au Bangladesh et en Birmanie au milieu de la pandémie liée au Covid-19. (Mardi 21 avril 2020)

L'ONU est inquiète des conséquences possibles de l'arrivée des pluies au Bangladesh et en Birmanie au milieu de la pandémie liée au Covid-19. (Mardi 21 avril 2020)

AFP
Les gardes-côtes du Bangladesh ont annoncé avoir secouru dans les eaux territoriales du pays au moins 382 réfugiés rohingyas «affamés» après presque deux mois en mer. (15 avril 2020 - Image d'archive)

Les gardes-côtes du Bangladesh ont annoncé avoir secouru dans les eaux territoriales du pays au moins 382 réfugiés rohingyas «affamés» après presque deux mois en mer. (15 avril 2020 - Image d'archive)

AFP
Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

AFP

Le Bangladesh a secouru quelque 280 Rohingyas affamés à la dérive sur un bateau dans le golfe du Bengale depuis plusieurs semaines et va les débarquer sur une île controversée, ont annoncé jeudi les autorités locales.

La marine bangladaise avait intensifié ses patrouilles à la suite d'informations faisant état de deux chalutiers transportant des centaines de Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Birmanie, errant en mer après avoir échoué à gagner la Malaisie. «C'est un tout petit bateau au regard de ses 280 passagers. Ils sont affamés. La marine leur a donné de la nourriture, de l'eau et des premiers secours», a déclaré à l'AFP un responsable de la marine.

Pas de coronavirus découvert

L'embarcation «est remorquée par un navire de la marine à (l'île de) Bhashan Char, où ils resteront en quarantaine», a-t-il ajouté. Les officiels bangladais disent craindre que les passagers ne soient porteurs du nouveau coronavirus et ne contribuent à le propager s'ils sont emmenés dans les grands camps de réfugiés rohingyas établis dans le sud du Bangladesh.

Aucun cas de Covid-19 n'a été pour le moment déclaré dans ces immenses camps où près d'un million de personnes vivent dans une misère noire.

Délocalisation des réfugiés

Le Bangladesh a construit l'année dernière des installations pour 100'000 personnes sur Bhashan Char, îlot de vase dans une zone sujette aux cyclones, affirmant qu'il devait réduire la pression dans les camps frontaliers surpeuplés. Mais le plan de relocalisation de réfugiés a buté contre l'opposition farouche des réfugiés rohingyas et été fustigé par les défenseurs des droits humains et organisations internationales.

Les réfugiés présents sur le bateau viendraient de l'État Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, et non des camps de réfugiés bangladais, estime Dacca. Ils rejoindront sur Bhashan Char un premier groupe de 28 Rohingyas emmené là-bas samedi après avoir débarqué au Bangladesh à bord d'un autre bateau. Les autorités bangladaises disent ignorer si d'autres bateaux de Rohingyas se trouvent actuellement en mer.

Espoir d'une vie meilleure

Mi-avril, près de 400 réfugiés rohingyas affamés avaient été secourus par les garde-côtes du Bangladesh après avoir dérivé deux mois en mer. Au moins 60 personnes avaient péri au cours du voyage.

Dans l'espoir d'une vie meilleure, des milliers de Rohingyas tentent chaque année de rejoindre des pays d'Asie du Sud-Est, notamment la Malaisie où se trouve une importante diaspora rohingya, à bord d'embarcations surchargées et délabrées.

(AFP)

Votre opinion