Crash: Trois hélicoptères à la recherche du pilote du F/A-18
Actualisé

CrashTrois hélicoptères à la recherche du pilote du F/A-18

La météo s'étant améliorée, une colonne de 19 spécialistes de montagne et trois hélicoptères ratissent la zone où s'est écrasé le F/A-18 vers le col du Susten.

Le FA/18 était toujours disparu mardi matin.

Le FA/18 était toujours disparu mardi matin.

archive/photo d'illustration, Keystone

Les recherches ont repris mardi matin suite à la disparition d'un pilote et d'un F/A-18 lundi après-midi dans la région du Susten. Mais les trois hélicoptères de l'armée de l'air, un de la police cantonale zurichoise et les spécialistes de montagne engagés n'ont encore repéré aucune trace.

Les forces aériennes suisses sont toujours sans nouvelles du pilote. Le lieu supposé du crash, dans la région du col du Susten, est difficilement accessible, a fait savoir le Département fédéral de la défense (DDPS) mardi.

Afin de protéger les secours, une interdiction de vol a été prononcée au-dessus de la région, qui ne perturbe pas l'aviation civile. Le service de police aérienne est chargé de surveiller le périmètre.

La famille du pilote disparu a pu être informée. Une cellule psychologique de l'armée se tient à ses côtés. Le DDPS prévoit de communiquer à nouveau d'ici 16h.

Recherches à plus de 3000 m.

Le monoplace s'est sans doute écrasé. Outre les trois hélicoptères de l'armée, 19 spécialistes de montagne sont partis tôt mardi matin, à pied, depuis le Sustenhorn en direction du col du Susten. La police cantonale zurichoise a également envoyé un hélicoptère, et la REGA est prête à engager deux des siens.

La zone de recherches se situe à une altitude de plus de 3000 mètres, à proximité du col du Susten. C'est de là qu'a été émis le dernier signal reçu.

L'appareil, le siège éjectable et le pilote lui-même sont équipés d'émetteurs. Daniel Reist, chef de la communication à la Défense, a fait savoir à l'ats que ces émetteurs ont vraisemblablement été détruits, car ils n'émettent plus aucun signal.

Vol aux instruments

L'appareil a quitté lundi à 16h01 la piste de l'aérodrome militaire de Meiringen (BE) et le premier contact radio s'est déroulé de manière normale. A 16h05, la centrale d'engagement a toutefois perdu le contact. Le pilote ne s'est plus annoncé.

L'avion décollait 15 secondes après un autre F/A-18, avec lequel il devait simuler un combat aérien contre un Tiger F-5. En raison de la couverture nuageuse, les deux pilotes n'avaient pas de contact visuel et volaient aux instruments.

Plus que 30 FA/18

Les Forces aériennes suisses utilisent depuis 1997 des avions de combat F/A-18 Hornet. Cet appareil présente des caractéristiques de vol et des performances hors pair, selon le Département fédéral de la défense (DDPS).

Il peut accélérer en quelques secondes à la vitesse supersonique et sa manoeuvrabilité en combat aérien est exemplaire, lit-on sur le site Internet des Forces aériennes suisses. L'avion mesure 17,1 m. de long et son envergure est de 11,7 m. La version suisse du F/A-18 pèse 16 tonnes environ (sans charges).

L'amée disposait à l'origine de 34 F/A-18 (26 monoplaces et 8 biplaces), mais trois biplaces se sont écrasés depuis: un à Crans-sur-Sierre (VS), en 1998, un autre à Alpnachstad (OW) en 2013, et un près de Besançon (F) en octobre 2015. Les crashes de Crans-sur-Sierre et d'Alpnachstad ont coûté la vie à quatre personnes.

L'appareil qui a disparu lundi étant un monoplace, l'armée suisse ne dispose plus désormais que de 25 monoplaces et 5 biplaces.

(ats)

Votre opinion