Publié

Hockey sur glaceTrois hommes et un coup de main

Sean Simpson n’a jamais pu compter sur l’apport de trois NHLers aux Mondiaux. Pourquoi ont-ils dit oui et que peuvent-ils apporter à la Suisse?

par
Frédéric Lovis
Mark Streit, Luca Sbisa et Nino Niederreiter (de g. à dr.: des renforts venus d’Outre-Atlantique.

Mark Streit, Luca Sbisa et Nino Niederreiter (de g. à dr.: des renforts venus d’Outre-Atlantique.

Mark Streit

POURQUOI OUI? «Ma saison a été longue, mais je me sens bien et la motivation pour jouer est encore très présente. Evoluer avec l’équipe nationale aux championnats du monde reste quelque chose de spécial à mes yeux, auquel je n’ai plus goûté depuis trois ans et les Mondiaux 2009 en Suisse. La perspective de disputer le tournoi d’Helsinki ne me laisse pas indifférent, bien au contraire.»

J'APPORTERAI À LA SUISSE... «Mon expérience, mon leadership. J’ai pris part à 11 Mondiaux durant ma carrière, j’ai accumulé un important acquis. La chose essentielle reste cependant ce qui se passe sur la glace. J’essaierai d’y amener ce que je sais faire, c’est-à-dire me montrer solide dans mes tâches défensives, puis essayer de créer quelque chose vers l’avant quand l’occasion se présente.»

SAISON 2011/2012 «Le bilan final est très positif. C’était compliqué de revenir après ma blessure à l’épaule (n.d.l.r.: et une saison 2010/11 blanche). Il m’a fallu 40 à 50 matches pour me sentir bien. A la fin, je jouais comme avant. Malheureusement, on rate notre objectif, qui était la participation aux play-off. Ça reste une énorme déception.»

STATISTIQUES 2011/12 82 matches joués avec les New York Islanders, 7 buts, 40 assists, 23’22’’ de temps de jeu moyen, +/-: -27.

Luca Sbisa

POURQUOI OUI? «J’ai vécu une belle saison, qui s’est hélas terminée trop tôt à mon goût. Sean Simpson m’avait demandé, quand il était venu me voir en Amérique du Nord, si je serais d’accord de revenir en équipe de Suisse (ndlr.: il était le seul NHLer présent en 2011 en Slovaquie), au cas où l’occasion se présentait. Je lui avais dit OK, si la forme est là. Et voilà…»

J’APPORTERAI À LA SUISSE… «Mon expérience et le rythme développé en saison régulière. J’espère être une pièce solide et importante de la défense, jouer un rôle de leader dans le vestiaire. Mais avant tout, j’essaierai de jouer mon jeu du mieux que je peux.»

SAISON 2011/12 «Le début de saison a été compliqué pour tout le monde. Avec l’arrivée du nouveau staff (ndlr: Bruce Boudreau et son team ont repris l’équipe des mains de Randy Carlyle), tout le monde est reparti de zéro. J’en ai profité pour me profiler et, du coup, mon temps de jeu a souvent avoisiné les 20?minutes par match. Je suis devenu l’un des quatre défenseurs d’Anaheim les plus régulièrement utilisés. J’ai aussi obtenu la possibilité d’évoluer en situations spéciales.»

STATISTIQUES 2011/12 80 matches joués avec les Ducks d’Anaheim, 5 buts, 19 assists, 17’55 de temps de jeu moyen,?+/-: -5.

Niedo Niederreiter

POURQUOI OUI? «Avant tout pour continuer à me développer. Apprendre en NHL, ce n’est pas toujours évident… J’obtiens, avec cette sélection, la possibilité de finir ma saison sur une note positive.»

J’APPORTERAI À LA SUISSE… «Du poids offensif, de la présence physique. J’essaierai aussi de marquer quelques buts.»

SAISON 2011-12 «Après plusieurs semaines de convalescence vécues en début de saison en raison de ma blessure à l’aine, j’ai pu réintégrer l’équipe ( ndlr: dès le 15 novembre ). Puis j’ai souffert d’une commotion cérébrale en décembre. Il m’a fallu deux semaines pour m’en remettre. J’ai dû ensuite me battre pour conserver ma place dans le groupe jusqu’au terme de la saison régulière. Au final, je suis très content d’avoir pu rester au contact de l’équipe, même après ma seconde mésaventure, sans avoir été contraint de repasser par la case AHL. J’ai pu apprendre et solidifier les bases pour le futur.»

STATS 2011-12 55 matches joués avec les New York Islanders, 1 but, 0 assist, 10’06’’ de temps de jeu moyen,?+/–: –29.

Votre opinion