19.02.2016 à 02:47

CalifornieTrois jeunes Chinois en prison pour agressions

L'une des victimes avait été forcée à manger ses cheveux et brûlée par des mégots. Sentence: 6 à 13 ans de prison.

C'est dans ce parc qu'a eu lieu l'une des agressions, dans la région de Los Angeles - Image - Department of Parks and recreation, county of Los Angeles

Trois étudiants chinois ont été emprisonnés en Californie, dans l'ouest des Etats-Unis, pour avoir agressé deux camarades de la même nationalité, notamment en brûlant l'une des victimes avec des mégots de cigarettes et en la forçant à manger ses propres cheveux.

Les trois étudiants, Yunyao Zhai, âgée de 18 ans, Yuhan Yang et Xinlei Zhang, une jeune femme et un jeune homme de 19 ans, ont plaidé coupable des chefs d'inculpation d'enlèvement et d'agression, avant de s'excuser devant le tribunal pour leurs méfaits.

Ils ont été condamnés respectivement à 13, 10 et 6 ans de réclusion pour ces faits qui relèvent, selon les enquêteurs, de deux agressions séparées en mars.

Cinq heures de calvaire

Lors de la première agression, Yunyao Zhai et Xinlei Zhang s'en sont pris à une adolescente de 16 ans dans un restaurant de Rowland Heights, quartier de l'est de Los Angeles où est implantée une forte diaspora chinoise.

Les deux jeunes auraient considéré que l'adolescente leur avait manqué de respect.

La seconde agression a eu lieu deux jours plus tard, lorsque les trois étudiants ont enlevé une camarade âgée de 18 ans, l'ont emmenée dans un parc du même quartier où ils l'ont déshabillée, battue à plusieurs reprises, lui ont craché dessus et l'ont brûlée avec des mégots de cigarettes, le tout pendant cinq heures.

«Les enfants-parachutes»

Xinlei Zhang a lui fourni des ciseaux qui ont permis de couper les cheveux de la victime, qui a été forcée à les manger, a expliqué le procureur en charge du dossier. Tout serait parti d'une dispute concernant un garçon et d'une note impayée au restaurant.

La scène a été filmée par plusieurs témoins sur leurs smartphones.

«Des parents chinois bien intentionnés ne devraient pas envoyer leurs enfants ici seuls et sans supervision», a regretté l'avocat de Xinlei Zhang, Me Rayford Fountain, auprès du journal San Gabriel Valley Tribune à l'issue de l'audience. «Cela mène tout droit à la catastrophe». Le phénomène en jeu, expliquent certains médias comme le Los Angeles Times est celui des «enfants-parachutes», de très jeunes adultes envoyés pour leurs études aux Etats-Unis, loin de leur famille et sans supervision.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!