Voile: Trois marins suisses, un bateau, un océan
Publié

VoileTrois marins suisses, un bateau, un océan

Simon Koster et Valentin Gautier se lancent sur la Transat Québec Saint-Malo avec la Genevoise Justine Mettraux

par
Sport-Center
Le Classe 40 Banque du Léman est prêt à dompter l'Atlantique avec Valentin Gautier, Simon Koster et Justine Mettraux à son bord.

Le Classe 40 Banque du Léman est prêt à dompter l'Atlantique avec Valentin Gautier, Simon Koster et Justine Mettraux à son bord.

Thomas Deregnieaux

Ils voguent dans le sillage de Bernard Stamm et autres Dominique Wavre, arpenteurs des océans qui ont marqué des génération de marins. En juillet, si tout va bien, si le virus ne sera plus qu'un vilain souvenir, ils s'élanceront à l'assaut de l'Atlantique. De Québec à Saint-Malo. Hissez haut!

Valentin Gautier et Simon Koster ont eu la bonne idée d'inviter, le temps d'une régate, Justine Mettraux à bord de leur bateau, Banque du Léman. Un classe 40 de dernière génération qui doit leur permettre de jouer les premiers rôles sur cette course en équipage qui relie la Belle Province à la Cité Corsaire. La Transat Québec - St-Malo est la plus ancienne course hauturière d’ouest en est, sans escale et en équipage. Tous les quatre ans depuis 1984, les coureurs océaniques s’élancent sur le fleuve Saint-Laurent pour 2897 milles nautiques. «C'est une régate dont je rêve depuis longtemps, très variée avec une partie fluviale et une traversée de l'Atlantique nord dans le sens des dépressions», se réjouit Valentin Gautier.

Des entraînements collectfs, mais quand?

Le Genevois est par ailleurs ravi d'accueillir sur son monocoque, mis à l'eau l'an passé, sa compatriote. «Simon et moi avons travaillé tout l’hiver sur le chantier du bateau, poursuit-il. Nous allons maintenant profiter de l’expérience de Justine pour la suite de la préparation.»

Il faudra juste attendre un peu pour larguer les amarres. «Lorsque la situation sanitaire le permettra, nous allons nous entraîner le plus possible à trois pour apprendre à fonctionner ensemble, ajoute Simon Koster. L'objectif sera d'être dans le paquet de tête et de faire une course propre, sans grosse erreur. Nous allons profiter de cette préparation adéquate pour apprendre un maximum de la part de Justine, notamment de son expérience en Figaro et en Volvo Ocean Race.»

Après quatre ans de Figaro, en solitaire, Justine Mettraux se réjouit de rejoindre l'équipe. «Ils ont un super projet avec un très bon bateau neuf, et ont donc les moyens de bien performer sur cette course. Ils ont montré qu'ils pouvaient être très rapides à certains angles sur la Transat Jacques Vabre (ndlr: bouclé à une excellente 4e place en novembre 2019), nous allons continuer à travailler sur la performance du bateau.»

Pour mieux creuser le sillon de la nouvelle vague de marins suisses.

Grégoire Surdez

Votre opinion