Publié

RussieTrois militants gays emprisonnés

Des militants homosexuels avaient tenté d'organiser une manifestation samedi. Ils ont été condamnés à 10 jours de prison.

Des policiers arrêtent un militant homosexuel lors d'une manifestation non-autorisée en plein Moscou, ce samedi 30 mai 2015.

Des policiers arrêtent un militant homosexuel lors d'une manifestation non-autorisée en plein Moscou, ce samedi 30 mai 2015.

AFP

Trois militants russes de la cause homosexuelle ont été condamnés ce lundi 1er juin à 10 jours de prison pour avoir tenté d'organiser une manifestation non-autorisée samedi en plein centre de Moscou et avoir désobéi aux injonctions de la police.

Il s'agit de Nikolaï Alexeïev, l'un des organisateurs du rassemblement, ainsi que d'Evgueni Guerassimov et Vadim Grouzdev, a précisé le site OVD-info, spécialisé dans le suivi des arrestations en Russie.

«L'audience au tribunal était une farce», a estimé pour sa part Nikolaï Alexeïev, dans un message publié sur Twitter.

Plusieurs militants homosexuels ont été interpellés par la police samedi lorsqu'ils tentaient de se réunir à quelques pas de la mairie de Moscou sur l'avenue Tverskaïa, l'artère principale de la capitale russe.

La police a également arrêté plusieurs militants orthodoxes qui ont jeté des oeufs sur les manifestants homosexuels et ont tenté de les asperger avec de l'aérosol d'autodéfense.

Actions interdites

Depuis leur première demande en 2006, les homosexuels n'ont jamais obtenu le droit de manifester à Moscou. Toutes leurs actions ont été interdites ou dispersées sans ménagement par la police.

La Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, a adopté en 2013 une loi punissant d'amendes et de peines de prison tout acte de «propagande» homosexuelle devant des mineurs.

Les homosexuels subissent un nombre croissant de violences, souvent tolérées voire «encouragées» par les autorités, a dénoncé en décembre l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

(AFP)

Votre opinion