Suisse: Trois mois de préventive pour un djihadiste

Publié

SuisseTrois mois de préventive pour un djihadiste

Un djihadiste de retour de Syrie a été placé en détention préventive après l'opération antiterroriste de mardi.

Le djihadiste de retour de Syrie avait été appréhendé mardi dans le cadre de l'opération antiterroriste menée dans les cantons de Berne, Zurich et Schaffhouse. (Photo d'illustration)

Le djihadiste de retour de Syrie avait été appréhendé mardi dans le cadre de l'opération antiterroriste menée dans les cantons de Berne, Zurich et Schaffhouse. (Photo d'illustration)

Keystone

Deux adultes ont été placés en détention préventive après l'opération antiterroriste coordonnée de mardi. L'un d'eux est un djihadiste de retour de Syrie.

Il a déjà fait l'objet en Suisse d'un jugement entré en force pour violation de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaida et État islamique et les organisations apparentées.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a demandé auprès du Tribunal des mesures de contrainte, compétent en la matière, que le djihadiste soit mis en détention pour les trois prochains mois. Il a fait la même requête pour le deuxième accusé. Le tribunal a approuvé ces requêtes, a indiqué vendredi le MPC à Keystone-ATS, confirmant une information du «Tages-Anzeiger».

Vaste opération antiterroriste

Une centaine d'agents de Fedpol et des polices cantonales de Berne, Zurich et Schaffhouse ont été déployés mardi lors d'une vaste opération antiterroriste. Onze perquisitions ont été menées simultanément contre ces onze personnes.

Le MPC mène une procédure contre les six adultes. Ils sont soupçonnés de violation de la loi interdisant les groupes Al-Qaida et État islamique, ainsi que de soutien, respectivement de participation, à une organisation criminelle. Quatre d'entre eux ont été arrêtés et interrogés, avant d'être remis en liberté.

Les poursuites judiciaires à l'encontre des cinq adolescents sont quant à elles menées par les ministères publics des mineurs de Berne et de Winterthour (ZH). Ils sont également soupçonnés de violation de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaida et État islamique. Les quatre jeunes Zurichois ont été libérés. La présomption d'innocence prévaut dans tous les cas.

(ats)

Ton opinion