Actualisé

FranceTrois morts, dont 2 ados, dans une fusillade à Marseille

Les victimes ont été atteintes pas des rafales d'armes automatiques, dimanche vers 2 heures du matin, dans la cité les Lauriers, au nord de Marseille.

Un jeune homme et deux adolescents ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans une fusillade à Marseille, la grande métropole du sud de la France connue pour sa criminalité élevée souvent liée au trafic de drogue, selon des sources concordantes. Les victimes, âgées de 15 à 24 ans, ont été atteintes par des rafales d'armes automatiques au pied d'un immeuble d'une cité sensible des quartiers défavorisés du nord de la ville, a-t-on précisé de mêmes sources.

«L'hypothèse de meurtres liés au trafic de stupéfiants est à ce stade privilégiée», a indiqué le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. «Rien n'arrêtera la détermination de l'Etat à lutter contre le crime organisé», a assuré le Premier ministre Manuel Valls en exprimant son «indignation» après la fusillade.

Vingtaine de cartouches retrouvées

Les trois jeunes se trouvaient dans la cage d'escalier du bâtiment quand plusieurs individus, à bord de deux véhicules, ont ouvert le feu vers 2h30, a précisé une source judiciaire.

Une vingtaine de cartouches de 9 mm ont été retrouvées sur place. Peu après le drame, deux véhicules brûlés ont été découverts à Gardanne, à une vingtaine de kilomètres au nord de Marseille.

Selon la source judiciaire, le jeune homme de 24 ans était connu des services de police, mais les deux adolescents étaient «peu connus».

Plaque tournante de la drogue

La cité des Lauriers, où s'est déroulée la fusillade, est connue comme une plaque tournante du trafic de drogue à Marseille. En mai, une vaste opération menée sur place par quelque 300 policiers avait conduit à l'arrestation d'une vingtaine de personnes.

Selon Bernard Cazeneuve, dix réseaux majeurs de trafiquants ont été démantelés, 132 individus écroués, et 1,5 tonne de cannabis et 39 kg de cocaïne saisis depuis le début de l'année dans la ville. Au cours de la même période, 11 décès ont été enregistrés dans des règlements de compte.

L'une des victimes, le majeur de 24 ans, était connu des services de police mais les deux mineurs étaient peu connus. Toutefois, l'un d'eux avait été poursuivi pour vol à main armée. «Je n'ai aucun élément laissant à penser qu'ils ne soient pas impliqués dans le trafic de stupéfiants», a déclaré le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez lors d'une conférence de presse. Il a rappelé que «les réseaux sont structurés en guetteurs, vendeurs et tête de réseau», soulignant que les guetteurs étaient «recrutés à cet âge-là».

Dans la matinée de dimanche, quelques traces de sang étaient encore visibles sur le sol et une dizaine de jeunes gens étaient présents sur les lieux du drame.

11 tués en 2015

Selon le ministre de l'Intérieur, le nombre de règlements de comptes à Marseille est stable, avec 11 décès depuis le début de l'année, contre dix l'année dernière.

Il a rappelé ce dimanche que dans le cadre d'«une lutte sans relâche contre le crime organisé, à Marseille comme sur le reste du territoire», dix réseaux majeurs de trafiquants ont été démantelés, 132 individus écroués, et 1,5 tonne de cannabis et 39 kg de cocaïne saisis, depuis le début de l'année dans la cité phocéenne.

Selon Bernard Cazeneuve, «la délinquance à Marseille connaît depuis le début de l'année, par rapport à la même période de 2014, un recul global, avec une baisse des vols avec violences de 24% et de 14% pour les vols par effraction. Au total, les atteintes aux biens baissent de 6,5%».

«Les renforts sont bien présents», a fait valoir de son côté M. Nunez en insistant également sur le renforcement de la coordination entre les services judiciaires «pour lutter contre le trafic de stupéfiants dans ces cités». «Les résultats sont là», a-t-il insisté.

La dernière fusillade importante dans les quartiers nord de Marseille remontait au printemps. Le 26 avril, deux hommes avaient tiré à la Kalachnikov, faisant deux morts et un blessé, dans une épicerie de nuit.

(AFP)

Ton opinion