Terrorisme en France: Trois personnes avaient des «projets constitués»
Publié

Terrorisme en FranceTrois personnes avaient des «projets constitués»

Le ministre de l'Intérieur a annoncé que la police avait interpellé sept personnes, en août, dont trois avaient des visées terroristes concrètes.

1 / 150
Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Keystone
L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

archive/photo d'illustration, AFP
Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

AFP

Sept personnes «en lien avec des réseaux terroristes» ont été arrêtées par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) au mois d'août, dont «trois au moins avaient des projets constitués», a déclaré mardi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. «Le nombre d'individus en lien avec des réseaux terroristes interpellés dans les six premiers mois de l'année en France est équivalent à celui de la totalité de l'année 2015», a indiqué le ministre à l'issue d'un entretien avec son homologue allemand Thomas de Maizière.

Selon des chiffres rendus publics début août par le ministère de l'Intérieur, depuis début 2016, les services français avaient interpellé 165 personnes, dont 91 ont été mises en examen et 63 incarcérées, dans le cadre de la lutte antiterroriste.

En proie à une menace terroriste sans précédent depuis un an et demi, la France a subi cet été deux attentats revendiqués par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI).

86 morts à Nice

Quatre-vingt six personnes ont été tuées et plus de 300 blessées à Nice après qu'un Tunisien de 31 ans a foncé à bord d'un camion sur la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais pour assister au feu d'artifice le soir du 14 juillet. Le 26 juillet, un prêtre de 85 ans a été égorgé dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, par deux jeunes djihadistes. Selon le gouvernement, la menace terroriste demeure «extrêmement élevée» en France.

Début août, une adolescente de 16 ans, qui se disait prête à commettre un attentat en France, avait été mise en examen à Paris et placée en détention provisoire. Une jeune radicalisée de 18 ans, soupçonnée de s'être livrée à du «prosélytisme violent sur internet», a été interpellée à Clermont-Ferrand (centre-est) puis mise en examen et écrouée mi-août.

Par mesure de précaution, de nombreuses festivités estivales traditionnelles, comme les feux d'artifice du 15 août, ou culturelles tels les festivals de cinéma en plein air, ont été restreintes ou supprimées un peu partout dans le pays.

Allemagne visée

L'Allemagne est à son tour visée. Elle a été ébranlée en juillet par deux attaques également revendiquées par l'EI: un attentat suicide commis par un Syrien de 27 ans, débouté de sa demande d'asile, qui a fait 15 blessés, et une attaque à la hache perpétrée par un demandeur d'asile afghan de 17 ans, qui a fait cinq blessés.

(ats/afp)

Votre opinion