Ethiopie – Trois réfugiés tués dans une frappe aérienne au Tigré
Publié

ÉthiopieTrois réfugiés tués dans une frappe aérienne au Tigré

L’ONU affirme que trois réfugiés érythréens, dont deux enfants, ont été tués mercredi dans une frappe aérienne dans la région du Tigré, en guerre.

Le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a précisé que quatre autres réfugiés ont été blessés.

Le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a précisé que quatre autres réfugiés ont été blessés.

AFP

Trois réfugiés érythréens, dont deux enfants, ont été tués mercredi dans une frappe aérienne dans la région en guerre du Tigré, en Éthiopie, a indiqué le Haut-Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR).

«Je suis profondément attristé d’apprendre que trois réfugiés érythréens, dont deux enfants, ont été tués, hier, dans une attaque aérienne qui a frappé le camp de réfugiés de Mai Aini, dans le nord de l’Éthiopie», a indiqué dans un communiqué le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi. Quatre autres réfugiés ont été blessés. Mais leurs vies ne sont pas en danger, et l’organisation humanitaire les aide à recevoir des soins médicaux.

«Mes pensées et ma plus profonde sympathie vont aux proches des victimes de cette attaque», a indiqué M. Grandi, soulignant que «les réfugiés ne devraient jamais être une cible». «Alors que le HCR continue à rassembler et à corroborer les détails sur l’événement, je réitère l’appel du HCR à toutes les parties au conflit à respecter les droits de tous les civils, y compris les réfugiés», a-t-il insisté.

Black-out des communications

La guerre a éclaté en novembre 2020 après que le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l’armée fédérale dans la région septentrionale du Tigré afin d’en destituer les autorités locales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires.

Abiy Ahmed avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais en juin le TPLF a repris l’essentiel du Tigré, puis progressé dans les régions voisines de l’Afar et de l’Amhara. Pendant un temps, les rebelles affirmaient se trouver à environ 200 km de la capitale Addis Abeba. Mais, fin décembre, ils ont annoncé leur repli vers le Tigré, marquant un nouveau tournant dans la guerre.

Toute la région est placée sous un black-out des communications et les Nations Unies ont dénoncé un «blocus de fait» des arrivées d’aide humanitaire vers les 6 millions d’habitants du Tigré. Aucun camion d’aide n’est arrivé au Tigré depuis la mi-décembre, selon l’ONU. Et certains poids lourds, en attente pour entrer dans la région, ont été pillés, a affirmé dans son dernier rapport l’OCHA, le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

«Sauver des vies»

Depuis le 12 juillet, seuls 1338 camions ont pu entrer dans le Tigré, soit moins de 12% des camions nécessaires pour venir en aide à la population, a expliqué jeudi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien. «Comme nous vous l’avons dit à plusieurs reprises, nous avons besoin d’environ 100 camions par jour pour répondre aux besoins humanitaires de la population du Tigré», a-t-il ajouté.

Les centres de santé ont été fermés dans certaines parties du Tigré en raison du manque de médicaments essentiels, selon OCHA. «L’OMS n’a pas été autorisée à livrer des fournitures médicales au Tigré depuis la mi-juillet de l’année dernière. Et ce malgré les demandes répétées de l’OMS», a déclaré pour sa part jeudi le directeur général de l’agence sanitaire de l’ONU, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lui-même originaire de cette région.

«Même dans les périodes de conflit les plus difficiles en Syrie, au Soudan du Sud, au Yémen et ailleurs, l’OMS et ses partenaires ont pu sauver des vies. Cependant, au Tigré le blocus de fait empêche les gens d’avoir accès à l’aide humanitaire, ce qui les tue», a-t-il déploré lors d’une conférence de presse qui portait sur le Covid-19.

(AFP)

Votre opinion