Suisse: Trois sites retenus pour les déchets nucléaires
Publié

SuisseTrois sites retenus pour les déchets nucléaires

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire va remettre en 2017 son rapport sur les sites de stockage de déchets nucléaires.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

L'IFSN recommande d'approfondir l'étude des domaines Jura-est (AG), versant nord des Lägern (AG/ZH) et Weinland zurichois en vue du stockage des déchets nucléaires en couches géologiques profondes. Elle finalisera son expertise basée sur les documents de la Nagra d'ici au printemps prochain.

La documentation remise par la Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs (Nagra) sont «largement retraçables et solides», ont souligné mercredi l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) et l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) face aux médias réunis au siège de l'IFSN, à Brugg (AG).

Contrairement à la Nagra toutefois, l'IFSN en conclut qu'il n'est pas possible d'écarter le site du versant nord de la chaîne des Lägern, situé entre les cantons d'Argovie et de Zurich, comme l'avait proposé la Nagra. Cette dernière s'est basée sur des modèles d'analyse de couches de roche trop pessimistes, estime Hans Wanner, directeur de l'IFSN.

Profondeur pas encore déterminante

La Nagra voulait renoncer au nord des Lägern au même titre que les sites écartés du Südranden (SH), du pied sud du Jura (SO/AG) et du Wellenberg (NW). Raison invoquée: il serait impossible d'y installer un site de stockage à une profondeur de 700 mètres.

En 2015 déjà, l'IFSN avait estimé qu'il ne fallait pas retenir le critère de la profondeur à ce stade de l'étude. Elle avait donc exigé des rapports supplémentaires de la Nagra sur le cas de Lägern. Ces informations supplémentaires sont précieuses, mais elles ne suffisent pas à justifier l'abandon de ce site, estime l'IFSN.

Après l'étude de ces documents, elle reste donc d'avis que la région argovienne du Bözberg (Jura-est), le versant nord des Lägern et le Weinland zurichois doivent, tous trois, être retenus pour la phase 3 des recherches. Les études prévues lors de la troisième étape devraient permettre d'y voir plus clair. «Nous ne savons pas encore aujourd'hui si la Nagra avait raison ou non», déclare Hans Wanner.

Dans une prise de position, la principale intéressée dit accepter les conclusions de l'IFSN. La Nagra ajoute que la construction d'un dépôt de stockage en profondeur est réalisable au nord des Lägern, mais elle s'avérerait très exigeante sur le plan de la technique sécuritaire et, donc, désavantageuse.

Décision du Conseil fédéral fin 2018

Après la finalisation de l'expertise de l'IFSN dans quelques mois, il appartiendra à la Commission fédérale de la sécurité nucléaire et au Comité des cantons de donner leur avis. L'Office fédéral de l'énergie évaluera ensuite les recommandations. Fin 2017, l'ensemble des rapports, des expertises et des prises de position seront mis en consultation publique pendant trois mois.

Le Conseil fédéral devrait se prononcer d'ici à la fin 2018 sur l'achèvement de la phase 2 de la sélection des sites et déterminer les domaines d'implantation qui seront examinés de manière approfondie dans l'étape 3.

Si le gouvernement retient le Nord des Lägern, des analyses supplémentaires devraient y être réalisées. Pour éviter tout retard, la Nagra a d'ores et déjà commencé des mesures sismiques 3D et les travaux de planification pour les forages d'exploration, comme elle l'a fait pour les deux autres sites.

(ats)

Votre opinion