Publié

SantéTrop de produits ne respectent pas la législation

Environ 14% des échantillons des produits testés ne respectent pas les exigences légales en matière de denrées alimentaires, selon des résultats rendus publics jeudi par les chimistes cantonaux.

Les chimistes pointent du doigt la présence de colorants interdits, ou en trop grande quantité, notamment dans les boissons.

Les chimistes pointent du doigt la présence de colorants interdits, ou en trop grande quantité, notamment dans les boissons.

Keystone

Pour certains produits spécifiques comme les compléments alimentaires à base de plantes, ce taux atteint même 80%. Le programme 2011 de contrôle des denrées alimentaires et des objets usuels, mené sur tout le territoire romand en 2011, comprend 34 différentes campagnes de contrôle et plus de 2600 produits analysés.

Sur l'ensemble des échantillons, 376 produits, soit 14%, ont été déclarés non-conformes par les chimistes cantonaux. Ce taux est plus élevé qu'en 2010, où seuls 5% des produits ne répondaient pas aux exigences légales.

Problème de contamination

La hausse de ce taux s'explique principalement par les résultats d'une campagne sur les compléments alimentaires à base de plantes, où le taux de non-conformité grimpe jusqu'à 80% des 235 produits testés. Des problèmes de contamination au plomb, d'étiquetage comportant de fausses informations thérapeutiques, ou de présence de plantes à usage médicinal, ont été relevés.

Par ailleurs, les chimistes cantonaux ont pointé du doigt la présence de colorants interdits, ou en trop grande quantité, dans diverses denrées alimentaires comme les boissons, les épices, ou les articles de confiserie. Près de 20% de ces échantillons ne respectent pas la législation. Le bilan n'est pas meilleur en termes de teneur en pesticides, puisque environ 11% des épices testées dépassaient la teneur légale.

Contrôles d'authenticité

Plusieurs campagnes ont également porté sur des contrôles d'authenticité des denrées alimentaires. Ceux-ci comportaient notamment l'identification des espèces de crustacés, de poisson, ou de riz basmati. Là encore, les taux de non-conformité sont élevés, avec respectivement 26% et 67% de contestations pour les poissons et le riz basmati.

Enfin, 37% des objets métalliques testés, comme les bijoux ou les boutons de vêtements, ont des teneurs trop élevées en nickel. Ce métal peut entraîner de graves allergies cutanées pour les personnes sensibles.

(AP)

Votre opinion